/opinion/blogs/columnists
Navigation

Virus chinois : pas assez catastrophique

Virus chinois : pas assez catastrophique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau coronavirus découvert en Chine est inquiétant. Les fêtes du Nouvel An chinois risquent de transformer sa propagation en épidémie mondiale, même si la contagiosité du virus est faible. Heureusement, le nouveau virus ne semble pas entraîner des taux de mortalité trop élevés.

Rien de trop catastrophique ne devrait donc survenir. 

Par-conséquent, cette nouvelle épidémie ne fera pas beaucoup bouger les choses au niveau mondial et c'est un drame.

Le gouvernement chinois a bien agi

Il serait injuste de condamner le gouvernement chinois pour sa gestion de la maladie.

D’après ce que l’on sait, le gouvernement chinois a été transparent et a tenu informé l’Organisation mondiale de la santé. Les autorités chinoises ont recommandé à la population de ne pas voyager dans la ville de Wuhan d’où provient le nouveau virus.

Une lutte impossible

Mais les autorités chinoises ne peuvent pas lutter contre les fêtes du Nouvel An chinois. 

À cette occasion, des centaines de millions de Chinois se déplacent partout en Chine et dans le monde. Même si la plupart des Chinois sont des gens responsables, une petite minorité d’attardés, comme il en existe dans tous les pays, va refuser de prendre les précautions les plus élémentaires contre le virus. Mesurée à l’échelle de centaines de millions de personnes qui voyagent, cette faible minorité devient inquiétante.

Il ne suffit pas de placer des caméras infrarouges dans les gares et dans les aéroports pour lutter contre la propagation du virus. Les Chinois se déplacent massivement en auto ou en autocars.

Un avertissement

Dans cette ère où la Terre devient une grande banlieue, ce nouveau microbe devrait servir d’avertissement.

Nous sommes désormais tous potentiellement affectés par les normes sanitaires qui prévalent dans les pays les plus reculés. 

Nous sommes désormais tous potentiellement affectés par la gestion déficiente des médicaments dans de nombreux pays.

Le renforcement des règles sanitaires mondiales est une tâche difficile, mais possible. Sauf que personne n’est prêt à financer une telle politique dans les pays pauvres.

La gestion internationale efficace des médicaments paraît pour le moment impossible, parce qu’elle implique des compagnies pharmaceutiques pour lesquelles le profit est parfois plus important que la santé de la population mondiale. 

Conclusion : il faudra attendre une grave épidémie mondiale pour que des mesures efficaces soient prises afin de mieux réglementer les compagnies pharmaceutiques et afin d’aider les pays dont les mesures sanitaires sont inadéquates.

Notre espèce a besoin de catastrophes pour agir de manière raisonnable à l’échelle globale. Et encore...