/news/currentevents
Navigation

Vivre sans électricité en 2020

Coup d'oeil sur cet article

Martin Vaillancourt vit seul en nature depuis maintenant six ans, dans un chalet où il n’y a ni électricité ni eau potable. Il n’est pas seul: ils sont une trentaine à avoir choisi de s’installer à Press, un ancien village forestier situé à 55 kilomètres au nord de Senneterre, en Abitibi-Témiscamingue. 

«La nature m’a sauvé la vie. Si ça n’avait pas été de ça, je ne serais pas là», a raconté M. Vaillancourt. Avant d’arriver ici, j’allais m’enlever la vie.» 

L’homme, qui avoue avoir choisi ce mode de vie après avoir traversé des moments difficiles, se nourrit grâce au trappage et à la pêche. Une à deux fois par mois, il s’approvisionne à l'épicerie. 

«Côté épicerie, ça, c’est rock’n’roll un peu parce que je ne sais jamais qui qui va monter, a-t-il expliqué. Quand ma mère monte, je lui fais monter de l’épicerie. Sinon, je peux le faire venir sur le train, si je suis vraiment mal pris.» 

La tour cellulaire la plus proche se trouve à trois kilomètres de sa résidence. 

Martin, quant à lui, peut aussi compter sur son panneau solaire et une génératrice, pour avoir une petite quantité d’électricité si nécessaire. 

«C’est juste un chauffage au bois. Pour la lumière, j’ai mon panneau solaire dehors qui marche avec un convertisseur à batterie, a indiqué Martin Vaillancourt. Le maximum que je peux brancher, c’est un portable ou une petite télé. Ça a environ une heure, une heure et demie d’autonomie.» 

Avis d'éviction 

Mais ces habitants ne sont pas totalement en paix, car un avis d’éviction dérange leur quiétude. 

Le ministère des Ressources naturelles leur aurait distribué un avis d’éviction, qui serait arrivé à échéance depuis le 6 décembre dernier. Cependant, le ministère n’a pu nous confirmer cette information. 

Le territoire, un ancien village forestier, n’est pas répertorié dans les municipalités du Québec. La terre sur laquelle sont érigés les chalets appartient maintenant à l’État. 

Pour Martin Vaillancourt, qui affirme ne vouloir échanger ce mode de vie pour rien au monde, son objectif est d’obtenir un droit acquis pour pouvoir rester sur cette terre.