/sports/hockey
Navigation

Départ canon pour Raphaël Lavoie avec les Saguenéens

Choisi 38e par les Oilers d'Edmonton lors du repêchage de 2019, Raphaël Lavoie a marqué six buts en six parties depuis son arrivée à Chicoutimi.
Photo courtoisie Choisi 38e par les Oilers d'Edmonton lors du repêchage de 2019, Raphaël Lavoie a marqué six buts en six parties depuis son arrivée à Chicoutimi.

Coup d'oeil sur cet article

Des six acquisitions réalisées par Yanick Jean avant la date limite, force est d’admettre que Raphaël Lavoie est l’un des joueurs qui se sont le plus démarqués, offensivement, chez les Saguenéens. En six parties depuis qu’il est de la formation, ses 11 points auront aidé les Bleus à ne pas connaître la défaite.

«À Saguenay, c’est clair qu’il y a plus de neige qu’à Halifax! Et il fait très froid, mais c’est une superbe place!» a laissé entendre à la blague l’espoir des Oilers d’Edmonton lorsque rencontré par Le Journal plus tôt cette semaine.  

Outre la température, Lavoie est heureux de son rendement avec l’équipe jusqu’à présent et s'avoue même un peu surpris de sa production, les dernières semaines ayant été mouvementées à la suite du Championnat mondial junior. 

«Honnêtement, je ne m’y attendais pas. C’est une belle surprise et j’espère surtout que ça va continuer! J’ai eu quelques journées off depuis les dernières semaines. Yanick [Jean] et moi avons bien arrangé mon horaire pour, justement, que je ne sois pas fatigué. Mon retour au jeu a bien été et c’est le fun avec le nouveau groupe, et je crois que nos résultats le démontrent aussi.»   

Une adaptation facilitée 

Arriver dans un nouvel environnement peut parfois occasionner une période d’adaptation, mais, selon les dires de Lavoie, son adaptation a été facilitée par la présence d’autres joueurs, dont Dawson Mercer, avec qui il vient de remporter l’or. 

«C’est drôle, puisque, les deux, on était en République tchèque il y a quelques jours et on commençait à être amis, mais nous n’avions aucune idée que nous allions tous les deux être échangés à Chicoutimi. Rendus ici, ce furent des belles retrouvailles. À mon arrivée, je connaissais déjà [Patrick] Kyte, puisque nous avions joué ensemble à Halifax, et là, en plus, avec Dawson, c’était super.»   

Si le nouveau n50 des Bleus ne ressent pas de fatigue, Lavoie affirme que la médaille d’or remportée avec équipe Canada junior y est pour quelque chose. Bien que cela lui ait occasionné beaucoup de voyagement, le jeu en a assurément valu la chandelle. 

«Je reviens avec plein de beaux souvenirs mémorables et beaucoup de bagage en termes d'expérience. J’avais déjà parlé avec des gars qui y étaient [...] allés, donc je savais un peu comment ça se passait, mais, ultimement, tu ne peux jamais anticiper le feeling de gagner une médaille d’or avant que ça arrive.»