/news/transports
Navigation

Véhicules hors route: Motoneigistes et guides devront être formés

Les détails des cours n’ont pas encore été précisés

Coup d'oeil sur cet article

Les guides pour véhicules hors route et les touristes qu'ils accompagnent devront suivre une formation obligatoire, a confirmé hier la ministre du Tourisme, deux jours après l'accident qui a coûté la vie à des motoneigistes au Lac-Saint-Jean.

• À lire aussi: La formation pourrait être mieux encadrée, selon des experts  

• À lire aussi: Reprise des recherches sur le lac Saint-Jean pour retrouver les motoneigistes disparus  

«La tragédie de mardi nous rappelle à quel point la sécurité, dans la pratique de toute activité, doit rester au cœur de nos préoccupations, a lancé hier la ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, au Centre d’exploration de Laval. Des leçons seront tirées et des actions seront entreprises pour prévenir de tels drames à l’avenir.»

Au moins un motoneigiste a perdu la vie mardi soir au Lac-Saint-Jean, cinq autres étant toujours portés disparus. À la suite de cette tragédie, le gouvernement du Québec a annoncé avoir l'intention d'assurer la sécurité des touristes qui louent des véhicules hors route, comme des motoneiges, en les obligeant, ainsi que leurs guides, à suivre une formation.  

Ayant précipité son annonce dans la foulée de la tragédie, le gouvernement avait peu d'informations à donner sur le contenu de ces formations, les délais pour les suivre, etc.  

La nouvelle a été bien accueillie par la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.  

Selon le directeur général de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec, Stéphane Desroches, même si les guides de motoneigistes sont déjà très soucieux des dangers et connaissent très bien les 33 000 kilomètres de sentiers balisés, les intempéries obligent les amateurs à se montrer de plus en plus prudents.  

«Je pense que, concrètement, cette [obligation] va apporter de nouveaux paramètres, comme avoir un téléphone satellite, par exemple. Le fait d’avoir un nouveau cadre, ça va leur donner de nouveaux outils [aux motoneigistes]», croit M. Desroches.  

Écoutez l'entrevue de la ministre Caroline Proulx sur les ondes de QUB radio:  

  

  

  

Subvention  

Outre l'imposition d'une formation concernant les véhicules hors route, la ministre a annoncé qu'«à compter d’aujourd’hui», les entreprises de tourisme de nature et d’aventure en général dans la province devront détenir une accréditation axée sur la qualité et la sécurité afin d’être admissibles aux programmes d’aide financière du ministère du Tourisme.  

Elle a promis l’allocation d’une somme de 200 000$ à Aventure Écotourisme Québec, «afin qu’elle complète rapidement et efficacement l’accréditation qualité-sécurité des entreprises de ce secteur».   

Cette accréditation est délivrée à une entreprise lorsque cette dernière répond à l'ensemble des 60 normes du programme d'accréditation.  

Un grand pas pour le directeur général d’Aventure Écotourisme Québec, Pierre Gaudreault. «C’est un moment historique pour nous, c’est la première fois qu’on a cette reconnaissance-là du ministère du Québec», a dit le DG.  

Une déclaration réjouissante pour la championne olympique Sylvie Bernier, qui a rappelé la mort tragique de son neveu Raphaël Bernier, 5 ans, noyé sous ses yeux lors d’une excursion familiale guidée en canot sur une rivière de la Gaspésie, à l'été 2002.   

«Le faux sentiment de sécurité que nous avons vécu, il ne faut pas que [qui que ce soit] le vive au Québec», a-t-elle dit.  

Elle souhaite que la centaine d’entreprises qui ne sont toujours pas accréditées par Aventure Écotourisme Québec le soient le plus rapidement possible, afin que des accidents tragiques comme celui qu'elle a vécu avec sa famille soient évités.  


  

– Avec l'AFP