/finance
Navigation

Legault inquiet de l’avenir financier de l’ex-C Series

Le PM s’interroge sur la stratégie d’Airbus pour l’A220, un avion conçu au Québec

François Legault
Photo Sylvain Larocque Le premier ministre François Legault a rencontré hier à Davos le PDG d’ArcelorMittal, Lakshmi Mittal. Le groupe sidérurgique emploie plus de 3000 personnes au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

DAVOS, Suisse | Le premier ministre François Legault ne ferme pas la porte à un nouvel investissement du gouvernement dans le programme d’avions A220, mais il remet en question l’approche d’Airbus dans ce dossier.  

• À lire aussi: Que fera Legault avec Bombardier?  

En entrevue avec Le Journal à Davos, en Suisse, où se tient la réunion annuelle du Forum économique mondial, M. Legault a rappelé que le géant européen a récemment fait un «appel de fonds» à ses deux partenaires dans l’ex-C Series, Bombardier et Québec.   

En raison de sa situation financière précaire, Bombardier a déjà exclu toute contribution, ce qui place le gouvernement face à un délicat dilemme : en rajouter à la somme de 1,3 milliard $ investie par les libéraux, ou ne rien faire et risquer de faire chuter encore la valeur de ce «placement».   

François Legault a évoqué mercredi deux possibilités : une nouvelle contribution de Québec et une «nouvelle entente» avec Airbus. Mais pour l’instant, il comprend mal les intentions de l’avionneur.   

  • Notre chroniqueur Michel Girard était à Politiquement incorrect sur QUB radio: 

Pas rentable, et pourtant...  

Il se demande pourquoi Airbus jongle avec l’idée d’investir dans une version allongée de l’A220, l’A220-500, alors qu’avec ses deux variantes existantes le programme n’est toujours pas rentable.   

«S’ils développent toujours de nouveaux avions [...], il n’y aura jamais de profits», a estimé le premier ministre.   

Le PDG d’Airbus, Guillaume Faury, est présent à Davos, mais aucune rencontre n’est prévue avec M. Legault. 

«Nous travaillons d’arrache-pied pour augmenter la cadence de production, vendre l’avion et améliorer la compétitivité du programme», a commenté une porte-parole d’Airbus Canada, Marcella Cortellazzi, sans faire mention d’un éventuel A220-500. 

Perte de valeur  

L’ancien patron d’Air Transat a confié qu’il n’avait pas une bonne idée de la valeur de l’A220, donc de l’investissement de 1,3 milliard $ de Québec.   

«Ce n’est pas clair combien [ça] vaut», a-t-il affirmé.   

Selon Bombardier, la valeur de l’A220 a diminué de façon significative au cours des derniers mois. Selon au moins un analyste, la chute pourrait dépasser 50 %, ce qui se traduirait par une perte sur papier de 650 millions $ pour Québec.   

Survie de Bombardier  

En plus d’examiner la demande de fonds d’Airbus, le gouvernement n’exclut pas de voler à nouveau au secours de Bombardier, qui connaît encore des turbulences financières.   

«On regarde l’ensemble de Bombardier [...] les trains et les avions d’affaires», a indiqué François Legault.   

Or, des analystes avancent que Bombardier pourrait devoir vendre sa division d’avions d’affaires pour alléger sa dette de plus de 9 milliards $ US. Au moins un d’entre eux a évoqué la vente de la totalité de l’entreprise.    

De plus, Bloomberg a révélé plus tôt cette semaine que Bombardier et Alstom explorent la possibilité de regrouper leurs activités ferroviaires.   

Ces rumeurs ont fait bondir l’action d’Alstom : le titre a gagné 1,9 % mercredi sur le parquet Euronext à Paris pour atteindre un sommet de près de 10 ans. En revanche, l’action de Bombardier a cédé 1,6 % et a clôturé à 1,27 $ à la Bourse de Toronto.