/opinion/columnists
Navigation

Québec, ouvre-toi!

Coup d'oeil sur cet article

Il s’est écrit pas mal de choses à propos du programme « d’immersion » qu’ont suivi une trentaine de policiers de Longueuil.  

Mais aucun de ces textes n’accote l’éditorial que François Cardinal a publié dans La Presse hier.  

Une pièce d’anthologie.  

Si le Musée de l’humour existait encore, je suggérerais qu’on l’encadre et qu’on l’expose aux côtés des meilleures blagues de Ti-Gus et Ti-Mousse.  

HOMOPHOBIE ET MISOGYNIE  

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire, un petit résumé s’impose.  

À la demande de Fady Dagher, le chef de police de Longueuil, trente policiers ont participé à un stage d’immersion pour les sensibiliser à des réalités qu’ils connaissent mal.  

On les a fait rencontrer des sans-abri, des autistes, des musulmans.  

Jusqu’ici, pas de problème.  

Mais dans le stage « Découvrons la communauté musulmane », on leur a fait rencontrer un imam.  

Et pas n’importe lequel : Foudil Selmoune, l’imam de la mosquée de Brossard, qui est pour la lapidation des femmes adultères, pour l’instauration de la charia, contre les homosexuels (« car ils vivent dans le péché ») et pour le fait de couper les mains aux voleurs !  

On leur a aussi fait visiter une école coranique fréquentée par des fillettes de cinq ans voilées, et on a invité les policières à se couvrir la tête.  

Tout ça dans un but « d’ouvrir » les policiers de Longueuil.  

Et, de grâce, chers flics, n’émettez AUCUNE critique lors de votre visite, sinon on dira que vous êtes fermés, frileux, pour ne pas dire racistes !  

QUI DOIT S’OUVRIR À L’AUTRE ?  

Plusieurs personnes ont, avec raison, critiqué ce stage.  

C’est quoi l’idée de leur faire rencontrer un imam radical, dont les propos ont été sévèrement critiqués en pleine Assemblée nationale par le ministre de la Sécurité publique en 2011 ?  

N’est-ce pas l’imam Selmoune qui devrait suivre un stage d’immersion pour S’OUVRIR aux valeurs québécoises ?  

Pourquoi devrait-on S’OUVRIR à la misogynie et à l’homophobie ?  

N’y a-t-il pas une limite à faire preuve d’ouverture ?  

Mais pour François Cardinal, éditorialiste en chef de La Presse, les chroniqueurs du Journal de Montréal qui ont osé critiquer ce stage sont fermés.  

Ils dépeignent l’ouverture comme si c’était un crime.  

Hou, les méchants chroniqueurs xénophobes !  

Hou, les méchants leaders d’opinion qui ne s’émerveillent pas à la vue de fillettes voilées !  

Hallucinant.  

Ce sont les gens qui sont CONTRE l’homophobie qui sont fermés !  

Ils devraient s’ouvrir aux homophobes ! Aux imams qui veulent lapider les femmes adultères !  

Le monde à l’envers...  

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

  

LE GRAND ÉCARTÈLEMENT  

C’est le premier commandement du Livre sacré de la rectitude politique.  

« Ouvrez-vous ! Ouvrez-vous ! Ouvrez-vous ! »  

Mais on est ouvert, dieu du ciel !  

On s’ouvre, on s’ouvre, on n’arrête pas de s’ouvrir !  

Plus ouvert que ça, tu fends en deux !  

Mais n’y a-t-il pas une limite à l’ouverture ?  

Et qu’en est-il de l’ouverture des autres envers nous ?  

La porte du vivre-ensemble ne s’ouvre que d’un bord, c’est ça ?  

Face aux apôtres de l’ouverture à tout prix, les journalistes de La Presse sont en train de perdre tout sens critique.  

Ils croient, prient, s’agenouillent.  

Et se ferment à tous ceux qui ne pensent pas comme eux.  

Regardez l’éditorial de Richard Martineau diffusé à l’émission Politiquement incorrect dès 8h sur QUB radio :