/opinion/columnists
Navigation

Suicide assisté : jusqu’où aller?

Comment ne pas être effrayé par la suite des choses ?
Photo Adobe Stock Comment ne pas être effrayé par la suite des choses ?

Coup d'oeil sur cet article

Quand l’Assemblée nationale a autorisé, en 2014, le suicide assisté, ou comme on dit plus délicatement, l’aide médicale à mourir, l’ambiance était à la fête. Les Québécois venaient de conquérir un droit important, peut-être le plus important de tous : celui de s’arracher à l’extrême souffrance en cas de maladie incurable, lorsqu’ils sont en fin de vie.

Le commun des mortels y était favorable. On peut comprendre pourquoi : dans nos sociétés dont le ciel est désespérément vide, la seule manière de vaincre la mort, assimilée à une nuit éternelle, est peut-être de la confronter en décidant soi-même de quelle manière et à quel moment nous quitterons ce monde.

Détresse

Les opposants passèrent alors pour de tristes sires. On les accusait d’antihumanisme. Ils posaient pourtant une question simple : est-ce que la médecine ne change pas de nature lorsqu’elle en vient à donner la mort ? Est-ce que l’État-médecin peut devenir un État « euthanasique » ?

Surtout, ils mirent tout le monde en garde : le gouvernement avait beau encadrer strictement le suicide assisté avec des balises fermes, ces dernières finiraient inévitablement par tomber. On le croyait réservé pour des cas exceptionnels. Mais il finirait par se banaliser. En d’autres mots, ce qui se présentait comme une grande conquête démocratique allait bientôt révéler sa part d’ombre.

C’est ce qui s’est passé. Et ce « droit » ne cesse de s’étendre. Désormais, il ne sera plus réservé aux malades en fin de vie. C’était à prévoir. Le gouvernement envisage maintenant de l’étendre aux personnes atteintes de troubles mentaux, comme en Belgique. C’était à prévoir aussi. On nous promet encore qu’il sera réservé à des cas exceptionnels. Cela ne fera qu’un temps.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Car la pente naturelle de l’aide médicale à mourir est la suivante : qui sommes-nous pour juger de la détresse de quelqu’un ? De quel droit empêcher un homme de mourir s’il le souhaite ?

Il y avait une situation objective qui autorisait le suicide assisté. Il fallait être en fin de vie. Ce critère n’est plus jugé pertinent. Dès lors, tôt ou tard, c’est la subjectivité de chacun qui commandera.

Certains parlent de dérive. C’est une manière de voir les choses. On peut croire aussi que nous sommes dévorés par un engrenage et que nous en arriverons, tôt ou tard, au suicide sur demande. L’individualisme tout-puissant qui commande l’esprit de notre temps ne tolère pas qu’on limite son déploiement.

Barbarie

Comment ne pas s’inquiéter de ce qui est à l’horizon ? Faudra-t-il aussi étendre le suicide assisté aux personnes en situation de détresse existentielle ? De même, on ne saurait réserver la dignité humaine aux seuls bienportants. Ne risque-t-on pas de dévaloriser l’existence de ceux qui souffrent et qui préféreraient vivre dans la dignité plutôt que mourir dans la dignité ?

Une chose est certaine : dès le début, il suffisait d’ouvrir les yeux pour constater que le suicide assisté pouvait nous conduire très loin sur le chemin d’une barbarie maquillée en générosité humanitaire.

Nous y sommes.