/sports/fighting
Navigation

Une carte compliquée à monter

Le gala de samedi a donné du fil à retordre à Camille Estephan

Une carte compliquée à monter
PHOTO AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

Au fil des années, le promoteur Camille Estephan n’a pas hésité à investir des milliers de dollars afin de donner le meilleur spectacle possible aux amateurs. Parfois, ce n’est pas suffisant et il peut se faire jouer des tours.  

• À lire aussi - Départ de Kim Clavel: «c’est une déception majeure» – Camille Estephan  

C’est le cas du gala de samedi d’Eye of the Tiger Management (EOTM), présenté au Casino de Montréal. En l’espace de quelques semaines, Estephan a dû annuler trois combats. Raphaël Courchesne, Steve Claggett et Leila Beaudoin ont dû abdiquer en raison de blessures ou d’un virus survenus durant leurs camps d’entraînement.  

L’homme d’affaires n’était pas au bout de ses peines. La semaine dernière, l’adversaire de Batyr Jukembayev, Maximiliano Ricardo Veron, n’a pas été en mesure d’obtenir son visa pour venir se battre au Canada. C’est Ricardo Lara qui le remplacera.  

« Ce fut une carte compliquée à monter, a mentionné Camille Estephan jeudi. Par contre, on a été chanceux dans nos malchances, car celui qui devait affronter Claggett va pouvoir croiser le fer avec Batyr. C’est un gars de qualité et c’était très important pour nous. » 

Estephan voulait présenter au moins huit combats sur sa carte. Même s’il a 24 boxeurs sous contrat, il a dû faire appel à des pugilistes qui ne sont pas dans son écurie. Il a décidé de donner des combats au poids lourd Adam Dyczka et à la boxeuse Martine Vallières-Bisson. 

« Nous étions intéressés à Adam et on a hâte de voir ce qu’il a à offrir samedi soir, a ajouté le patron d’EOTM. S’il offre une bonne performance, on pourrait lui faire signer un contrat à long terme. Je crois qu’il a beaucoup de potentiel. » 

La boxe avant tout 

Dyczka est bien connu par les amateurs d’arts martiaux mixtes au Québec. Il était une des figures populaires de l’organisation TKO MMA de Stéphane Patry.  

À son dernier combat dans l’octogone, en 2018, celui qui était surnommé « Kung Fu Panda » avait essuyé une raclée contre le Français Ciryl Gane. Puis, l’an dernier, l’athlète de Granby a décidé de se concentrer sur la boxe.  

« Je crois qu’il boxe bien, estime Estephan. Il semble discipliné et il a une grosse force de frappe. Je m’attends à ce qu’il soit spectaculaire. »