/news/currentevents
Navigation

Drame au Lac-Saint-Jean: l'identité de l'individu dont le corps a été repêché est dévoilée

Coup d'oeil sur cet article

Les recherches reprennent samedi matin pour une quatrième journée consécutive dans l'espoir de retrouver les corps de touristes français disparus dans la soirée de mardi lors d’une expédition au Lac-Saint-Jean.  

Un corps a été repêché vendredi dans la rivière Grande Décharge, à plus de 2 km de l'endroit où les motoneiges ont été localisées. L'identité de ce dernier a été dévoilée samedi matin par la Sûreté du Québec (SQ): il s'agit de Gilles Claude, âgé de 58 ans, dont l'histoire du fils biathlète avait ému la planète. 

• À lire aussi: Drame au Lac-Saint-Jean: Deux enfants à naître sans papa  

• À lire aussi: Drame au Lac-Saint-Jean: la pénible attente des proches des disparus  

• À lire aussi: Drame au Lac-Saint-Jean: les visages de la tragédie  

Le corps du guide à la tête de l'expédition avait été retrouvé plus tôt cette semaine, ce qui signifie que quatre personnes manquent toujours à l'appel.       

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Une trentaine de policiers sont toujours déployés pour les recherches, incluant trois équipes de plongeurs. 

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

 

Les recherches continuent  

L’hypothèse initiale voulant que l’accident se soit produit à l’embouchure de la rivière Grande Décharge se concrétise donc, et les recherches se poursuivent de plus belle.   

Tôt hier matin, les recherches avaient repris pour retrouver les cinq touristes portés disparus.   

Les fouilles devraient se poursuivre tout le week-end près de Saint-Henri-de-Taillon, alors que quatre individus manquent toujours à l’appel depuis l’accident de mardi soir.   

  

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

«Trois équipes de plongeurs se relaient, pour un total d’une douzaine de personnes qui travaillent directement sur le lac Saint-Jean», précise le porte-parole de la SQ.   

Bien que la météo soit actuellement idéale pour les fouilles, la température de l’eau demeure évidemment glaciale. Ainsi, les plongeurs doivent effectuer un changement toutes les deux heures pour se réchauffer.   

Une quinzaine d’individus parcourent également les berges, en plus de l’hélicoptère de la SQ qui survolait les airs.   

«Les recherches continuent. On n’arrêtera pas de faire les recherches. C’est le signal qu’on m’a donné. On va continuer d’essayer de trouver les personnes disparues», a affirmé Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et ministre responsable de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, hier, au poste de commandement, à Chicoutimi.   

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

 

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Toutefois, les autorités assurent utiliser toutes les ressources disponibles pour le succès de l’opération.   

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

«On garde espoir, on va faire ce qu’il faut pour les localiser au plus vite, on met l’accent sur notre objectif, assure M. Beaulieu. Il y a encore des possibilités que des touristes disparus aient pu se rendre sur les berges ou dans des abris temporaires, alors les recherches terrestres se font encore.»   

  

 — Avec la collaboration de l’Agence QMI