/sports/hockey/canadien
Navigation

Tir le plus puissant: Weber reprend sa couronne au concours d’habiletés

Barzal met fin au règne de McDavid dans l’épreuve du patineur le plus rapide

Shea Weber y a mis toute la gomme pour dominer la séance du tir le plus puissant.
Photo AFP Shea Weber y a mis toute la gomme pour dominer la séance du tir le plus puissant.

Coup d'oeil sur cet article

ST. LOUIS | « J’espère que je gagnerai. Mais il n’y a aucune certitude, il y a plusieurs joueurs avec de bons tirs dans la LNH. » Shea Weber avait la pression de regagner son titre du tir le plus puissant après deux années sans participer au match des étoiles.  

• À lire aussi: Bettman en rafale 

Weber a bien géré la nervosité à l’épreuve reine du concours d’habiletés. Dernier des six joueurs à s’élancer, le colosse du Canadien devait décocher une bombe à plus de 104,5 m/h. Gagnant du concours l’an dernier à San Jose, John Carlson avait pris la tête avec son deuxième tir. Le défenseur des Capitals de Washington devait ensuite attendre ce que Weber avait dans le corps.  

Il n’y a pas eu un long suspense. À sa première frappe, le capitaine du Canadien a réussi un tir de 105,9 m/h. Il avait déjà gagné l’épreuve et il avait esquissé un petit sourire en regardant le radar. Libéré d’une bonne dose de pression, Weber a fait encore mieux à son deuxième tir avec 106,5 m/h. Il a gagné cette épreuve pour la quatrième fois de sa carrière et une première fois depuis 2017. 

« Avant même la compétition, je pouvais ressentir de la pression, a dit Weber en fin de soirée. Il y avait beaucoup d’attentes pour moi. Je voulais obtenir un bon résultat. J’étais un peu nerveux. Je regardais les autres joueurs s’élancer et la marque ne cessait d’augmenter. J’étais heureux de mon résultat, j’ai réussi à décocher deux bons tirs. »  

Jaccob Slavin a créé la surprise en remportant l’épreuve des tirs les plus précis.
Photo AFP
Jaccob Slavin a créé la surprise en remportant l’épreuve des tirs les plus précis.

Le record tient toujours 

Weber n’a pas battu le record de Zdeno Chara. Le géant défenseur des Bruins de Boston avait obtenu un tir de 108,8 m/h lors du match des étoiles de 2012 à Ottawa.  

Unique attaquant à participer à ce concours cette année, Elias Pettersson a démontré qu’il a tous les talents. Le centre des Canucks de Vancouver a un peu défié les lois de la logique avec deux frappes à plus de 100 m/h (102,4 et 100,3). 

Contrairement à Weber qui pèse 229 lb, Pettersson fait arrêter la balance à seulement 176 lb. Et c’est probablement généreux comme poids.  

Mathew Barzal a fait le tour de la patinoire en 13,175 secondes.
Photo AFP
Mathew Barzal a fait le tour de la patinoire en 13,175 secondes.

Barzal, la nouvelle fusée 

Leon Draisaitl croyait qu’il n’y avait personne pour détrôner Connor McDavid comme patineur le plus rapide de la LNH. McDavid redoutait l’ailier des Rangers de New York Chris Kreider.  

Dans la première épreuve du concours d’habiletés au match des étoiles, vendredi, il y a eu un changement de la garde. Champion lors des trois éditions précédentes, McDavid a perdu sa couronne. Le capitaine des Oilers d’Edmonton a arrêté le chrono à 13,215 s. Il s’agissait de son meilleur temps dans cette épreuve, mais ce n’était pas assez pour l’emporter cette année.  

Mathew Barzal, des Islanders de New York, a gagné l’épreuve avec un temps de 13,175 s. Le centre de 22 ans s’est approché à seulement trois millièmes du record de cette épreuve. Dylan Larkin, des Red Wings de Detroit, détient la marque depuis 2016 à 13,172 s.   

Connor McDavid a pour sa part arrêté le chrono à 13,215 secondes.
Photo AFP
Connor McDavid a pour sa part arrêté le chrono à 13,215 secondes.

« Je parlais avec Connor après l’épreuve et je lui disais que je ne pourrais probablement pas refaire un aussi bon tour, a expliqué Barzal. C’était excitant. Je voulais gagner, j’ai eu beaucoup de plaisir. Honnêtement, je ne m’attendais pas à battre Connor même si je savais que j’avais un bon chrono. » 

À son arrivée au Enterprise Center de St. Louis, McDavid avait joué la carte de la modestie. Le numéro 97 avait rappelé qu’il n’était pas l’unique rapide patineur dans la LNH. S’il avait identifié Kreider comme celui qu’il craignait le plus, il avait également eu de bons mots pour Barzal. 

« Mat peut voler sur la glace, avait mentionné McDavid. Il patine comme le vent, il a de très bonnes mains et il est un joueur que j’aime regarder jouer. » 

McDavid avait offert une très bonne analyse. Barzal a finalement gagné l’épreuve, devançant McDavid et Kreider (13,509 s).  

Au total, il y avait huit patineurs à cette épreuve. Le Québécois Anthony Duclair, des Sénateurs d’Ottawa, a terminé au sixième rang avec un temps de 14,005 s.   

Leon Draisaitl a frappé le poteau en se présentant devant Jordan Binnington, champion du concours de la séquence d’arrêts.
Photo AFP
Leon Draisaitl a frappé le poteau en se présentant devant Jordan Binnington, champion du concours de la séquence d’arrêts.

Slavin : le compas dans l’œil 

Jaccob Slavin a trouvé une autre façon pour sortir de l’ombre. Invité pour la première fois au match des étoiles après la blessure à son coéquipier des Hurricanes Dougie Hamilton, Slavin a remporté le concours des tirs de précision. Le défenseur a dégainé à la vitesse de l’éclair en touchant les cinq cibles en seulement 9,505 secondes.  

Slavin, qui est surtout reconnu pour son jeu défensif, a battu Leon Draisaitl par un peu moins d’une seconde.  

Binnington et le sens du spectacle 

Dernier à se présenter au concours de la séquence d’arrêts, Jordan Binnington a enlevé les honneurs de la compétition en stoppant 10 patineurs de la division Pacifique de façon consécutive. Il a tout juste devancé Andrei Vasilevksiy, qui s’était exécuté avant lui. 

Sur le même sujet