/news/health
Navigation

Coronavirus: le Québec et le Canada demeurent vigilants

Coup d'oeil sur cet article

Aucun cas de coronavirus n’a été recensé au Québec ou au Canada, a confirmé le directeur de la Santé publique, Horacio Arruda, assurant par ailleurs que les autorités sont prêtes à faire face à la situation.

• À lire aussi: Deux cas confirmés du coronavirus en France, les premiers en Europe  

• À lire aussi: Des dizaines de millions de Chinois confinés en plein Nouvel An  

M. Arruda a rencontré les médias afin de rassurer la population et pour confirmer « que les cinq personnes en investigation ne sont pas infectées par le nouveau coronavirus ».

« Ainsi, il n’y a donc actuellement aucun cas de coronavirus au Québec », a indiqué M. Arruda.

Il a aussi insisté pour dire que les autorités sanitaires du Québec sont prêtes. Il est attendu et normal que d’autres cas soient examinés, selon lui.  

PHOTO DIDIER DEBUSSCHERE

 Pas de panique

« Je tiens à réitérer que le réseau de la santé est prêt et bien préparé à faire face à une apparition de cas au Québec », a affirmé M. Arruda.

« La population ne doit pas s’inquiéter. Le Québec a mis en place un système de détection efficace et fiable, et demeure proactif et vigilant. On ne dort pas sur “la switch”, comme on dit », a notamment assuré M. Arruda devant les journalistes.

Il a, par ailleurs, souligné que chaque fois qu’il y a une situation comme celle-là, la peur s’installe, mais qu’il ne faut pas y céder.

Le risque global pour les Canadiens demeure faible. Toutefois, les voyageurs provenant de la Chine et qui auraient visité la région de Wuhan sont invités à communiquer avec Info-Santé 811 en cas de doute. 

Trop tôt

Au terme d’une réunion de deux jours à Genève, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé qu’il était trop tôt pour parler d’urgence de santé publique de portée internationale.

Par le passé, l’OMS n’a utilisé ces termes que pour de rares cas d’épidémies, dont la grippe porcine H1N1, le Zika et la fièvre Ebola, en Afrique de l’Ouest et au Congo.

L’institution assure qu’il n’y a, pour l’instant, aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine et qu’elle semble y être « limitée à des groupes familiaux et à des travailleurs de la santé ».

L’OMS ne recommande pas de restrictions de voyages, mais propose d’établir des dépistages dans les aéroports. 

Au Québec, il y a dix ans, une rare opération de vaccination massive avait été menée contre un autre virus, celui de la grippe A, qu’on appelait alors H1N1. Au Canada, on estime que la pandémie a coûté 246 millions $.

– Avec l’Agence QMI et AFP 

À VOIR AUSSI :