/opinion/columnists
Navigation

Le Bloc égaré

En votant contre le nouvel accord de libre-échange, le Bloc tournerait le dos à quatre décennies d’appui des souverainistes à de tels traités.
Photo Agence QMI, Elsa Iskander En votant contre le nouvel accord de libre-échange, le Bloc tournerait le dos à quatre décennies d’appui des souverainistes à de tels traités.

Coup d'oeil sur cet article

Le Bloc québécois s’apprête-t-il à tourner le dos à quarante ans de cohérence du mouvement souverainiste québécois ? Le vote sur l’Accord de libre-échange Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) pourrait devenir un moment crucial. 

Au sortir de son cabinet préparatoire pour la session parlementaire, Justin Trudeau a annoncé le dépôt imminent du projet de ratification de l’Accord. Tout à fait normal, puisque le Congrès américain a posé le même geste la semaine dernière. Il ne reste plus que le Canada, et il n’y a aucune raison de faire traîner cela. 

Le gouvernement étant minoritaire, le vote des partis d’opposition sera important et donc surveillé de près. La plupart des observateurs sont confiants de l’adoption de l’ACEUM puisque les conservateurs devraient logiquement voter avec le gouvernement pour permettre la mise en vigueur de l’important traité. 

  • Mario Dumont est revenu sur sa chronique à l'émission Dutrizac sur QUB Radio:

Le Bloc a déjà annoncé ses couleurs : il entend s’opposer à cet accord. Les producteurs de lait, mais surtout les dispositions sur l’aluminium serviraient à justifier l’opposition du Bloc. Dans le cas de l’aluminium, le Bloc se colle sur la position syndicale, puisque les joueurs de l’industrie eux-mêmes se sont ralliés à l’Accord malgré ses imperfections. 

Virage abrupt 

Le jour où les députés du Bloc se lèveront pour voter contre deviendra historique du point de vue de souverainistes. Au cours des quatre dernières décennies, avec constance et cohérence, les Jacques Parizeau, Bernard Landry et autres ténors économiques du mouvement ont soutenu les accords de libre-échange. 

Ils ne l’ont pas fait discrètement. Lors de l’élection de 1988 portant sur le libre-échange, Bernard Landry fut un des conférenciers les plus éloquents en faveur de l’Accord. Monsieur Parizeau allait dans le même sens, même si certains alliés du PQ dans les syndicats rejetaient le libre-échange. 

L’argumentaire de ces souverainistes était solide et multifacettes. Le Québec, une société d’exportateurs, a besoin d’ouverture sur les marchés pour prospérer. Cela représente le fondement de leur position. Mais à cela, il faut ajouter le message envoyé à propos de leur conception de la souveraineté. 

Le message d’ouverture 

Un Québec souverain ne chercherait pas à s’isoler puisque le projet indépendantiste est porté par des libre-échangistes. Donc, un Québec souverain voudrait être inclus dans l’ALENA, il voudrait être ouvert sur le monde, il aurait un penchant naturel en faveur d’accords commerciaux qui libéralisent les échanges. 

Le Bloc de 2020 a-t-il bien soupesé l’impact de tourner le dos à ces décennies de cohérence ? Le Bloc voterait côte à côte avec le NPD, un parti ouvertement protectionniste. Je suis étonné d’entendre aussi peu de souverainistes soulever la question. Peut-être s’agit-il simplement d’un signe de l’apathie générale qui afflige le mouvement. 

À une époque, avant de faire un virage aussi lourd de conséquences, les souverainistes auraient tenu quatre colloques permettant le choc des idées entre des têtes fortes. Aujourd’hui, on a l’impression que des gens à courte vue prennent la position qui apparaît la plus facile au sortir d’une rencontre avec des syndiqués. 

Au Bloc, on dira qu’on vote contre l’Accord à cause d’un ou deux paragraphes terribles. Ce n’est pas ce que l’histoire retiendra.