/opinion/columnists
Navigation

L’extrême gauche violente

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques années encore, on croyait que la violence politique était chose du passé dans nos sociétés. L’Occident se jugeait pacifié, comme s’il était passé à une nouvelle étape dans son développement.

C’était une illusion. La violence politique est de retour et se banalise.

La violence d’extrême droite est connue, d’autant qu’elle est souvent meurtrière. Tous la dénoncent avec raison. Mais il ne faudrait pas oublier non plus la violence d’une extrême gauche que le système médiatique peine à nommer, sauf avec complaisance. Elle se réclame souvent de l’antifascisme, sauf qu’elle assimile au fascisme la moindre trace de conservatisme.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Radicalisme

Elle peut prendre d’autres visages. Ainsi on apprenait avant-hier que Selina Todd, une professeure à Oxford, en Grande-Bretagne, spécialiste de l’histoire des femmes, doit désormais bénéficier d’une protection policière parce qu’elle est menacée par des activistes trans qui n’aiment pas son discours. Ce n’est en rien une exception. L’annulation des conférences « controversées » ne surprend même plus. C’est le retour de la foule lyncheuse. N’oublions pas la mouvance végane qui se donne le droit aussi, au nom de la « libération animale », de faire des actions toujours plus radicales.

Autre exemple, en France maintenant : une jeune femme, connue sous le nom de Mila, s’est récemment permis sur les réseaux sociaux un discours anti-islam. Il était assurément vulgaire et grossier. 

Mais l’essentiel n’est pas là. Elle est maintenant menacée de mort pour son « blasphème ». On devine qu’elle n’aurait pas connu le même sort si elle avait critiqué le catholicisme.

Décomposition

Risquons une explication. Dans nos sociétés divisées, où la nation se décompose en mille tribus, chaque identité minoritaire a tendance à se victimiser et sacraliser. Dès lors, le moindre discours critique à son endroit est ressenti comme une violente offense exigeant une riposte explicite. C’est le phénomène des minorités fanatiques.

Ces groupuscules versent ainsi dans l’extrémisme politique en toute bonne conscience.