/world/opinion/columnists
Navigation

Panique en Chine

Coup d'oeil sur cet article

À la moindre toux, les habitants de la ville de Wuhan se ruent à l’hôpital. Mais les hôpitaux sont remplis à craquer. Ils manquent aussi de trousses de diagnostic.

Ceux qui le peuvent évitent de se rendre à l’hôpital, de crainte d’attraper le nouveau coronavirus. Partout en Chine, les gens font des provisions, au cas où leur ville serait elle aussi placée en quarantaine. La colère monte dans la population. Le gouvernement a du mal à la contenir sur les réseaux sociaux.

Pourquoi la population est-elle en colère ?

La colère de la population est facile à comprendre. Les autorités de la ville de Wuhan auraient tardé à prendre des mesures adéquates pour éviter la propagation du virus. Dans diverses villes, le gouvernement chinois a fermé les sites publics de célébration des fêtes du Nouvel An. La décision de mise en quarantaine de plusieurs villes a été prise subitement et en catimini. Comme la population en général déteste les dirigeants chinois, cette crise sert d’exutoire. Les Chinois trouvent dans cette crise une belle occasion d’exprimer leur colère et leur frustration.

Le gouvernement a-t-il pris les bonnes mesures ?

Le gouvernement chinois est en train de créer une psychose collective. Sur une population de 1,4 milliard de Chinois, il n’y a que 1000 cas confirmés du nouveau virus. C’est 1 cas par tranche de 1,4 million d’habitants. À première vue, les mises en quarantaine de villes entières semblent excessives. Mais étant donné que des centaines de millions de personnes se déplacent lors du Nouvel An chinois, on pourrait croire que les autorités ne pouvaient pas faire autrement. Sauf que le virus est déjà présent dans toutes les provinces de la Chine.

Quel impact aura la crise du virus sur l’économie chinoise ?

L’impact du virus sur l’économie chinoise sera négatif. Les dirigeants chinois pouvaient espérer atteindre assez facilement leur objectif de croissance de 6 % en 2020, notamment en raison du nouvel accord commercial signé avec les États-Unis et en raison de nouveaux investissements massifs dans les routes, les ponts et autres équipements publics. 

Ces mesures ne suffiront probablement pas à maintenir la croissance économique souhaitée. Le gouvernement devra recourir à des politiques additionnelles. Heureusement, l’économie fonctionne au ralenti pendant le Nouvel An. Beaucoup d’usines ferment quelques semaines pour permettre à leurs employés de prendre des vacances.

Quels sont les risques d’une épidémie mondiale ?

Les risques d’épidémie mondiale semblent faibles. Le virus semble peu contagieux et son taux de mortalité serait faible. 

L’Organisation mondiale de la santé a d’ailleurs refusé de décréter une alerte mondiale. 

Le nouveau coronavirus reçoit autant de publicité parce qu’il éveille la hantise qu’un jour, un virus plus contagieux et plus mortel se répandra à travers le monde. Quels pays dans le monde seraient capables de prendre des mesures aussi énergiques que la Chine ?

Que révèle cette crise sur la Chine ?

La Chine traite ce nouveau virus comme une situation de guerre. C’est d’ailleurs l’armée chinoise qui coordonne la lutte contre le virus. Lors de l’épidémie du virus du SRAS, en 2003, le gouvernement s’était contenté de mettre en quarantaine des entreprises, des pâtés de maisons, des tours de bureaux, etc. 

La nouvelle épidémie est-elle aussi dangereuse que le gouvernement chinois semble le croire ? Peut-être. En tout cas, Xi Jinping donne l’impression d’avoir le pays bien en main. C’est sans doute aussi l’effet recherché.