/sports/ski
Navigation

«Les juges ne voulaient pas voir une Canadienne sur le podium»

Justine Dufour-Lapointe dit avoir tout donné et ne comprend pas...

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier Justine Dufour-Lapointe a la conviction d’avoir livré une solide performance à Mont-Tremblant, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-TREMBLANT | La participation de Justine Dufour-Lapointe, seule représentante du Canada lors de la super finale de l’épreuve des bosses de la Coupe du monde de ski acrobatique, n’aura pas été suffisante pour lui assurer, comme l’an dernier, une place sur le podium.

La Québécoise a dû se contenter du cinquième rang samedi, lors de cette compétition encore dominée par Perrine Laffont, invaincue cette saison.

Valérie Gilbert a, pour sa part, terminé l’épreuve à une encourageante huitième place, elle qui revient sur le circuit après une pause d’un an.

Après son brillant parcours, en 2019, à Tremblant, où elle s’était pointée au pied du podium, Chloé Dufour-Lapointe, elle, a subi l’élimination dès la ronde de qualification en vertu de son 17e rang. Seulement les 16 premières obtenaient un laissez-passer pour l’étape suivante.

Une descente propre...

Sa jeune sœur Justine n’a pas manqué de montrer du doigt les juges de la compétition après son parcours.

« Ç’a été difficile pour moi de me qualifier (12e) et il a fallu que je remonte pour me rendre en super-finale [où seulement les six premières au tableau sont acceptées], a-t-elle indiqué. Après avoir réussi cette étape, j’ai effectué une descente propre, mes sauts étaient plus hauts et j’ai atterri à la perfection. Mais il en fallait plus, semble-t-il.

« Je pense que, rendu là, les juges ne voulaient pas voir une Canadienne sur le podium aujourd’hui, a-t-elle enchaîné avec un petit sourire moqueur. Je ne sais pas ce qu’ils veulent au juste. Je fais mon possible pour faire des sauts de qualité et assurer le spectacle à la foule. Et je me ramasse cinquième... »

Si, devant les journalistes, Justine n’a pas caché sa frustration, elle affirme avoir tout donné devant un public conquis d’avance.

« J’ai senti la foule derrière moi, a-t-elle renchéri, et je n’ai pas craqué sous la pression. Honnêtement, je ne sais plus quoi dire. »

Les autres Canadiennes, Berkley Brown, Laurianne Desmarais-Gilbert et Maia Schwinghammer, se sont classées aux 16e, 19e et 30e positions respectivement.

Et de quatre

Les années se suivent et se ressemblent en ski acrobatique à Mont-Tremblant. Juste avant que Mikaël Kingsbury réussisse à défendre sa victoire acquise l’an dernier, Laffont avait, elle aussi, répété cet exploit chez les femmes.

La Française de 21 ans, tout comme le Québécois, est dominante sur le circuit de la coupe du monde des bosses. Sa fiche montre quatre victoires en quatre départs cette année.

La championne olympique a été tout simplement intouchable avec un pointage de 82,14 en super finale. 

Yuliya Galysheva (80,99) du Kazakhstan et Anastasiia Smirnova (80,18), de la Russie, ont accédé aux deuxième et troisième marches du podium respectivement.

L’Australienne Jakara Anthony (79,48), Dufour-Lapointe (78,59) et Hannah Soar (77,55) ont complété le groupe des cinq premières.

« Je cherche les mots, a indiqué Laffont. Je n’arrive pas à y croire. J’essaie juste de bien skier et de donner mon maximum. C’est incroyable cette quatrième victoire de la saison. Je suis tellement heureuse et fière du travail de mon équipe. »