/news/politics
Navigation

Une manifestation à Montréal pour dénoncer la guerre contre l’Iran

Une manifestation à Montréal pour dénoncer la guerre contre l’Iran
CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Des membres de la communauté iranienne ont une nouvelle fois exprimé leur solidarité avec le peuple iranien, samedi, à Montréal, en plus de réaffirmer leur opposition à toute guerre contre l’Iran. 

Organisé par plusieurs groupes, dont le Comité de soutien à la lutte du peuple iranien, le rassemblement s’est tenu en début d’après-midi au pied de la statue de Norman Bethune, en face de l’Université Concordia. 

L’événement montréalais répondait à l’appel de plusieurs organisations pour la tenue d’une journée d’action mondiale d’opposition à une guerre contre l’Iran. 

«[Cette manifestation exprime] notre solidarité envers le peuple iranien. Elle ne doit pas et elle ne constitue pas un appui au gouvernement iranien dont les dirigeants mènent une véritable guerre contre leur propre peuple», a indiqué dans un communiqué Nima Machouf, porte-parole du Comité. 

Les organisateurs ont voulu aussi dénoncer «l’objectif poursuivi par les États-Unis de changement de régime en Iran par toutes sortes de moyens illégaux ou illégitimes», s’opposer à «une guerre qui serait menée contre l’Iran par les États-Unis et des alliés» ainsi que dénoncer «le rôle du Canada [...] depuis le retrait des États-Unis de l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien [JCPOA], ses déclarations timides et complaisantes face aux États-Unis». 

Les manifestants se sont prononcés contre «la guerre, l’ingérence, et l’intimidation contre l’Iran» ainsi que contre «les sanctions qui ont des impacts dévastateurs sur le peuple iranien». 

«La République islamique alimente la crise et la confrontation dans la région, car son existence illégitime dépend de la guerre extérieure, a indiqué l’ex-député Amir Khadir. Les forces démocratiques en Iran ont besoin des progressistes du Québec et du Canada pour dire non à l’intervention américaine et non à la dictature en Iran, comme le réclament les gens dans les rues de Téhéran.» 

Outre le Comité de soutien à la lutte du peuple iranien, il y avait comme organisateurs les groupes les Artistes pour la paix, le Collectif Échec à la guerre et le Mouvement québécois pour la paix, notamment. 

La question iranienne s’est imposée dans l’actualité après l’assassinat du général Qassem Soleimani par les Américains. Téhéran avait riposté en tirant une vingtaine de missiles sur des bases irakiennes utilisées par des soldats américains. Puis, un Boeing de l’Ukraine International Airlines s’est écrasé peu de temps après son décollage, près de Téhéran, le 8 janvier dernier. Les 176 personnes qui se trouvaient à bord, dont 57 Canadiens, ont toutes perdu la vie. 

Les autorités iraniennes ont admis avoir abattu par erreur le Boeing 737, son système de protection antiaérienne étant en état d’alerte dans le contexte des tensions avec les États-Unis.