/news/health
Navigation

Coronavirus: «Le risque pour les Canadiens demeure faible», assure la santé publique

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Malgré la détection d'un probable premier cas d'un patient canadien atteint par le nouveau coronavirus, la santé publique du Canada a assuré, dimanche, que le risque demeure faible pour les Canadiens. 

• À lire aussi: Coronavirus: un jeu vidéo de simulation d'épidémie au sommet de sa popularité 

• À lire aussi: Chine: le maire de Wuhan s’attend à un millier de contaminations supplémentaires 

• À lire aussi: Chine: le virus «pas aussi puissant» que le SRAS, mais plus contagieux 

L'administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, s'est montrée à nouveau rassurante dimanche matin, après une première déclaration en ce sens samedi soir. «Le risque pour les Canadiens demeure faible», a-t-elle affirmé en soulignant que l'apparition d'un premier cas de la maladie «n'était pas inattendue».

«Le système de santé est en état d'alerte pour détecter des cas et les gérer adéquatement», a rappelé la Dre Tam lors d'une conférence de presse.

Samedi, les autorités sanitaires ontariennes ont révélé qu'un homme d'une cinquantaine d’années qui est rentré au pays le 22 janvier après avoir séjourné dans la région de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie en Chine, présente des symptômes en phase avec ceux causés par le nouveau coronavirus. L’homme a été hospitalisé le lendemain et des tests effectués par le laboratoire de santé publique de l’Ontario ont démontré qu’il est contaminé par le virus 2019-nCoV. Les échantillons ont été envoyés au Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, qui devrait déterminer d'ici 24 heures s'il est bel et bien infecté par le coronavirus.

Par ailleurs, la Dre Tam a reconnu qu'«il ne serait pas étonnant que d'autres cas soient découverts au Canada prochainement», étant donné la mobilisation des ressources en santé qui surveillent de près la propagation du virus.

Passagers recherchés

Les autorités sanitaires ont rappelé qu'il est important que les voyageurs déclarent tous symptômes s'apparentant à la grippe à leur arrivée au pays. Le voyageur probablement atteint par le coronavirus n'aurait pas fait part de ses symptômes aux douanes, même s'il en éprouvait à bord de l'avion. Il a plutôt cherché de l'aide pour soulager ses symptômes le lendemain, pour finalement être hospitalisé à l'hôpital Sunnybrook, ont détaillé les autorités de la santé.

Le voyageur se trouvait à bord du vol CZ311 de China Southern Airlines.

Les responsables cherchent à retrouver toutes les personnes pouvant avoir été en contact avec le patient à bord de l'appareil. «Nous en sommes au début de ce processus», a toutefois admis la Dre Tam.

«Nous avons obtenu la liste des passagers. On veut vraiment cibler les gens qui se trouvaient dans un rayon de deux mètres autour du malade», a précisé l'administrateur adjoint de la santé publique, le Dr Howard Njoo. Les endroits où se trouvent maintenant ces voyageurs ne pouvaient toutefois pas être précisés par les autorités.

Quiconque se trouvait dans cet avion qui éprouverait des symptômes similaires à ceux d'une grippe est invité à communiquer avec les autorités de la santé.

«Je peux assurer aux Canadiens que le suivi de cette situation est notre priorité», a soutenu la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu.

De l'aide pour les Canadiens

Par ailleurs, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a encouragé les Canadiens qui seraient coincés dans la province du Hubei, où se trouve la ville de Wuhan bouclée par les autorités chinoises pour éviter la propagation du virus, à contacter l'ambassade canadienne en Chine s'ils ont besoin d'aide.

«Nous comprenons les préoccupations des Canadiens dans la région, ainsi que celles de leurs familles et de leurs proches. Nous sommes en contact avec les Canadiens qui sont sur place et leur fournissons de l’aide», a assuré le ministre sans préciser combien de Canadiens se trouvent sur place.

François-Philippe Champagne a aussi invité la population à éviter tout voyage vers la province du Hubei.

À ce jour, le virus aurait infecté environ 2300 personnes et fait 80 morts, selon les données fournies par le gouvernement chinois. La maladie s'est propagée ailleurs dans le monde, avec quelques cas recensés notamment en Australie, en France et aux États-Unis.