/lifestyle/health
Navigation

L’invité

Woman Running in Snowy Park
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il s’est récemment installé chez vous et même chez nous. Lentement, mais sûrement, il a pris une place, voire sa place. Certains disent qu’il est un invité presque parfait : sage et pur, comme en témoigne sa blancheur, enveloppant par sa douceur et capable de laisser un bon vent de fraîcheur. Cet invité, vous l’aurez peut-être deviné, c’est l’hiver ! 

Voilà que, en plus d’occuper l’espace, il s’installe également dans le programme de course de ceux qui aiment sortir toute l’année. 

Il est donc adéquat d’accueillir ce grand homme qu’est l’hiver aussi bien qu’un bon ami. Il n’est que de passage, il faut en profiter ! 

S’habiller 

Courir avec son invité nécessite de se vêtir de manière réfléchie. La difficulté demeure, comme dans la vie en général, de rester dans l’équilibre. Le coureur ne doit pas avoir trop chaud ou trop froid. 

Les vêtements, au-delà d’offrir le confort, facilitent idéalement le mouvement du corps pendant la course. Le choix de matières, la taille de chaque morceau et le concept multicouche deviennent alors des alliés. 

Il est bien de s’habiller en fonction de l’entraînement présagé ainsi que de l’humeur du nouveau partenaire de course... le « parten’hiver » ! Pour en savoir un peu plus sur l’habillement hivernal, voyez ces chroniques précédentes : 

www.journaldequebec.com/2019/03/10/la-bonne-fibrela-laine-merinos   

www.journaldequebec.com/2018/01/07/pour-une-sortie-de-course-sans-grelotter   

Se chausser 

La neige, la glace ainsi que la température du sol et de l’air influencent indéniablement la couverture des pieds lors des sorties de jogging. 

Qu’on se le tienne pour dit, le soulier à talon haut doit absolument être mis au rancart ! 

La chaussure choisie par celui qui ose dire oui à l’hiver pour une course prend alors toute son importance. La matière de son empeigne et de sa semelle, l’adhérence qu’elle propose ainsi que sa hauteur sont importantes, toujours en fonction du genre de sortie imposée par l’ami. 

En somme, à propos du bon soulier, l’hiver commande que :  

  • Crampons d’abord, il aura. 
  • S’il n’est pas accompagné d’une bonne paire de bas, au chaud il gardera. 
  • Imperméable, si nécessaire, il sera. 
  • De dénuder la cheville, il s’abstiendra.  

www.journaldequebec.com/2017/12/10/trouver-espadrille-a-son-pied   

Respirer 

Respirer est essentiel à la vie. Ce geste, fait instinctivement par le corps de l’adulte de 12 à 20 fois par minute au repos, peut devenir un bel enjeu lors des périodes d’activité physique, puisque la demande en oxygène est augmentée. 

L’hiver, le froid peut rendre la respiration plus difficile, ce qui peut irriter les poumons et participer à la vasoconstriction des canaux impliqués. 

C’est ainsi que l’Association pulmonaire du Québec propose ces précieux conseils pour mieux respirer :  

  • Porter un foulard ou un tubulaire qui couvre le nez et la bouche. 
  • Augmenter graduellement l’intensité d’effort en s’assurant de bien s’échauffer. 
  • À la fin de l’activité, diminuer graduellement l’intensité de l’exercice. 
  • Au besoin, utiliser leur « médicament de secours » (habituellement un inhalateur bleu), avant de sortir.  

S’adapter 

Charles Darwin a dit un jour : « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements. » 

Assurément, le coureur qui sait écouter et répondre aux demandes de son ami l’hiver est gagnant. 

S’adapter à la course hivernale, c’est savoir ajuster ses entraînements, ses vitesses, ses gestes moteurs, ses parcours et même ses moments de sortie. Voilà comment l’espèce unique qu’est le coureur survivra à l’hiver ! 

Printemps, été, automne et hiver, l’important demeure tout de même d’avoir du plaisir... et quoi de mieux que d’avoir du plaisir avec ses invités !