/opinion/columnists
Navigation

Soyons justes

Canadiens Entrainement
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin En faisant ses débuts à Montréal à la direction d’une équipe, Marc Bergevin savait que le défi allait être de taille.

Coup d'oeil sur cet article

Je serai souple avec Marc Bergevin. Parce qu’il a commencé au bas de l’échelle, sans expérience de GM auparavant. On commet tous des erreurs dans les premiers pas d’une nouvelle job et il n’a pas fait ses débuts dans l’endroit le plus relaxe.  

S’il s’était gouré avec l’acquisition d’Ilya Kovalchuk, on l’aurait écorché sur la place publique. D’ailleurs, avant même le premier match de Kovi, certains étaient sarcastiques lui suggérant d’aller chercher Mats Naslund tant qu’à y être.  

Mais le coup de Bergevin a été fumant. Où sont les compliments ?  

Son club ne fera pas les séries et il n’est pas encore bâti ni mûri pour y réussir non plus.   

Dans cette équipe, il y a 3 vertes recrues, 8 joueurs qui ont moins de 24 ans, et les blessures sérieuses et affligeantes à Drouin, Byron, Armia et Gallagher ont cassé la progression d’une saison qui était pourtant bien amorcée. Pas de chance.  

Tatar, Domi, Suzuki, Drouin, Armia, Weber, Danault, Petry sont tous des joueurs de qualité obtenus dans des transactions réussies.   

Marc a changé la donne. Les jeunes montent, mais surtout ils jouent.  

On est tous un peu tannés des choix de Trevor Timmins, mais ceux de Bergevin, j’ai tendance à patienter.  

Observez l’allure des Leafs de Toronto qui ont eu des choix aux repêchages de haut niveau et un magnifique show de boucane avec des noms prestigieux comme Lamoriello, Shanahan, Babcock, Tavares. Ils tirent le même diable par la queue et toujours en dehors du plancher de danse.   

Observez Buffalo depuis 10 ans...  

Et ceux qui comme moi disaient que Marc s’était mis un doigt dans l’œil dans l’échange Weber-Subban, chantons tous en chœur : « Pardon Mononcle ! »  

De l’enclave   

Avant Après
Photo d'archives, Edmonton Sun
Photo d'archives, AFP
  • Attention, vous allez avoir un coup de vieux. Au moment où vous lisez ces lignes, Wayne Gretzky est probablement en train de souffler sur les 59 chandelles de son gâteau d’anniversaire. Incroyable. Oui, 59 ans celui qui a peinturé de 3 couches le livre des records avec 61 marques, celui que l’on disait frêle avec un lancer de “felluette”. Il a littéralement brûlé la LNH. Il avait 20 ans le 30 décembre 1981 quand il a compté 5 buts contre les Flyers aux pantalons longs atteignant ainsi l’impossible : 50 buts en 39 matches. Contre quel gardien avait-il marqué son 5e but ce soir-là ? Aucun. Le filet était désert. Je vous ai bien eus, hein ?         
  • Même si le Canadien finit à la queue et qu’il gagne à la loterie le premier choix au repêchage, qui vous dit que Trevor Timmins choisirait Lafrenière ?  
  • Ilya Kovalchuk doit avoir un petit pincement lorsqu’il affronte les frères Brady (Ottawa) et Matthew Tkachuk (Calgary). Il a joué avec leur père à Atlanta en 2007. En passant, c’est long une semaine sans Kovy, n’est-ce pas ?  
  • Incroyable histoire que celle des motoneigistes noyés au lac Saint-Jean. Pierre Gaudreau (Restaurant Mario Tremblay à Alma) m’expliquait que l’endroit où les victimes sont tombées à l’eau est extrêmement dangereux, même en été, à cause des courants sous-marins.   
  • Mais que se passe-t-il avec P.K. Subban ? Se peut-il qu’il soit déjà « brûlé » à 30 ans ? Pas facile de vivre à 15 minutes de la Grosse Pomme pour un gars qui adore mordre dedans.  
  • Que ça doit donc être le fun pour Claude Julien de voir les médias commencer à évaluer les instructeurs qui pourraient le remplacer. Sens-toi bien à l’aise, mon Claude !  
  • Des fois, il y a de ces petits secrets qui étonnent. Vous vous souvenez de Roman Hamrlik qui a donné quatre belles saisons au Canadien (de 2007 à 2011) ? Après avoir joué à Washington et chez les Rangers ensuite, tout discrètement, il est revenu habiter au Québec. On le voit frapper dans les écrans du club de golf Riviera de Saint-Bruno. Il nous a aimés.  
  • Avouez que vous vous ennuyez de Don Cherry.    

Vous n’avez presque pas le droit d’être Québécois(e) et n’avoir jamais expérimenté la pêche aux poissons des chenaux. On est en pleine période (jusqu’à la mi-février). Pour moins de 30 $ par jour par personne, en famille, en groupe d’amis ou de collègues, une expérience que vous n’oublierez jamais. Pas besoin de permis, l’équipement est fourni et ce petit poisson est délicieux. Gratuit pour les petits de moins de 5 ans qui deviendront vite les rois de la cabane.