/sports/hockey/canadien
Navigation

Bel effort pendant... 40 minutes

Coup d'oeil sur cet article

Nick Suzuki avait écouté le discours de Claude Julien immédiatement après le match. Le jeune centre de 20 ans savait que le sort de cette rencontre s’était joué au deuxième vingt.  

• À lire aussi: «On a perdu le match en deuxième période» –Marco Scandella

« Oui, nous avons perdu ce match en deuxième période, a dit Suzuki. Nous étions très brouillons. Nous venions de connaître deux bons entraînements, mais nous avons manqué de vigueur en deuxième. Nous avons rebondi en troisième période, mais il était un peu tard. » 

En conférence de presse, Claude Julien n’avait pas l’intention de s’éterniser devant les membres des médias. L’entraîneur a répondu à quatre questions pour un total de deux minutes. Il y a des soirs où les explications se font plus rares pour expliquer les défaites.   

« On se creuse des trous » 

Julien a offert sa meilleure réponse lorsqu’on lui a rapporté les propos de Suzuki et de Jeff Petry, deux joueurs qui expliquaient ce revers par le jeu décousu de l’équipe en deuxième.  

« C’est le message que j’ai donné à mes joueurs après le match, a-t-il répliqué. S’ils le croient, c’est tant mieux. Je respecte le fait qu’on n’a pas abandonné. En troisième période, on a travaillé fort pour revenir. Mais on se creuse des trous. Ce n’est pas toujours la malchance, souvent on manque de concentration. On a donné des trois contre un et des échappées. Si tu veux gagner des matchs, tu ne peux pas jouer de cette façon. »  

Relancé pour savoir comment il pouvait expliquer ce manque de cohésion en deuxième période, Julien a perdu un peu patience.  

 « Il y a des choses que je ne peux pas expliquer. Je sais que notre préparation pour ce match était construite d’une façon. Ça revient aussi aux joueurs de bien se concentrer et de faire les choses qu’on demande. »  

Espoir difficile à maintenir 

En matinée, les Suzuki, Nate Thompson, Dale Weise et Max Domi répétaient le même discours. Le CH s’accrochera à son objectif de participer aux séries. Avant la visite des Capitals à Montréal, le Tricolore se retrouvait au 12e rang dans l’Est, à 10 points d’une place en séries. C’est toujours le cas après la défaite de 4 à 2 de lundi, mais la bande à Julien a joué au minimum un match de plus que toutes les équipes qu’elle pourchasse au classement. Au 13e rang, les Rangers ont 50 points, un petit point de moins, mais ils ont trois matchs en main. Il y a donc plus de chances de voir le CH glisser au classement que de le voir grimper.