/finance/business
Navigation

D’autres licenciements chez Nemaska Lithium

D’autres licenciements chez Nemaska Lithium
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Aux prises avec de graves problèmes financiers, Nemaska Lithium a mis à pied 29 autres employés lundi.  

L’entreprise qui s’est mise à l’abri de ses créanciers avant Noël a effectué ces nouveaux licenciements dans le but de s’entendre avec ces derniers. La compagnie québécoise qui veut s'imposer comme un important producteur d'hydroxyde de lithium, essentiel pour la fabrication de batteries de voitures électriques, souhaite ainsi préserver ses liquidités.  

«C’est avec beaucoup de tristesse que nous devons laisser partir nos collègues. Leur travail acharné au fil des ans, dans des contextes parfois laborieux, nous a permis d’avancer le projet Whabouchi au maximum en attendant le financement requis pour le compléter, a affirmé Guy Bourassa, président et chef de la direction de Nemaska, par communiqué. Cette difficile décision était inévitable à ce stade-ci.»  

Depuis le 31 décembre, les activités de Nemaska Lithium à son usine expérimentale de Shawinigan et à sa mine de spodumène – un minéral exploité pour en extraire le lithium – dans le Nord-du-Québec sont suspendues. La moitié des 130 employés avaient déjà été mis à pied avant les compressions de lundi. Des postes au siège administratif sur le site de l'ancienne usine Laurentide, dans le secteur de Grand-Mère, à Shawinigan, avaient cependant été maintenus.  

«Nous espérons de tout cœur avoir le privilège de revoir la majorité d’entre eux lors de la relance éventuelle du projet», a précisé M. Bourassa en parlant des employés congédiés lundi.  

Nemaska Lithium est plombée par des dettes de 161 M$. Québec a investi 130 M$ dans cette entreprise. Investissement Québec apparaît d’ailleurs sur la liste de ceux dont la créance est garantie.