/news/transports
Navigation

Des cyclistes passent à l’attaque pour rouler à droite

Un recours judiciaire afin de pouvoir circuler à vélo sur les voies réservées aux bus

GEN-VOIE RESERVEE-STM-PAPINEAU-AUTOBUS
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits Les cyclistes qui roulent sur l’avenue Papineau à l’heure de pointe matinale n’ont légalement pas le droit d’y être, la voie étant réservée aux autobus et aux taxis.

Coup d'oeil sur cet article

À Montréal, il est interdit de circuler à vélo sur les rues où il y a des voies réservées aux autobus, sauf si la signalisation l’autorise. Des cyclistes exaspérés entament un recours judiciaire pour faire changer cette réglementation qui entre en conflit avec le Code de la sécurité routière.  

Chaque matin, quand Sébastien Carrillo enfourche son vélo pour aller au travail, il commet des infractions au règlement municipal.      

« J’emprunte souvent des artères où il y a des voies réservées au transport collectif, c’est le chemin le plus rapide », explique celui qui fait partie du groupe qui déposera un recours judiciaire à la Cour supérieure dans les prochaines semaines.     

Je me suis rendue sur de grands axes routiers munis de voies réservées tels que René-Lévesque, Papineau et Sherbrooke. En quelques minutes à peine, même en plein hiver, j’ai pu voir plusieurs cyclistes circuler dans la voie d’extrême droite. C’est d’ailleurs ce qu’exige de faire le Code de la sécurité routière.      

Autrement dit, Québec interdit de pédaler au milieu d’une chaussée et Montréal interdit de rouler à l’extrême droite.     

Résultat : les cyclistes qui empruntent une rue munie d’une voie réservée commettent un acte illégal, peu importe où ils se mettent. Et la vaste majorité d’entre eux l’ignorent, m’ont confirmé des policiers, car l’interdiction n’est affichée nulle part.      

Les agents de la police de Montréal font preuve de « tolérance » et misent sur la sensibilisation. Ça ne les empêche pas de remettre des constats d’infraction à l’occasion, ce qui enrage les cyclistes.     

►128$ : Un cycliste qui roule sur une voie réservée aux autobus à Montréal risque une contravention de 128 $.

Plus de zone grise  

« Notre but est d’en finir avec cette zone grise », lance Me Ulisce Desmarais Grégoire, qui représentera les demandeurs dans ce recours en jugement déclaratoire.      

Le but de cette démarche, explique l’avocat du cabinet DDC Légal, est de faire déclarer la réglementation municipale « inopérante » et de montrer que c’est la loi provinciale qui prévaut.     

Traduction de ce bla-bla juridique : les cyclistes pourraient alors emprunter toutes les voies réservées sur le territoire montréalais à tout moment de la journée, et non pas juste les quelques voies réservées où la cohabitation vélo-bus est permise, comme sur la rue Viau et le boulevard Thimens.     

« L’administration Plante prétend être en faveur du transport actif, mais cette interdiction est une aberration », s’indigne le cycliste Alain Deschamps, un des codemandeurs du recours.      

Il rappelle que les villes de Laval et de Québec permettent la cohabitation vélo-bus sur toutes les voies réservées, en plus de Paris et de San Francisco.     

Au cabinet de la mairesse Valérie Plante, on me confirme que des élus font des pressions pour changer la réglementation, mais que « cela peut prendre plus de temps qu’initialement prévu ».      

La Ville doit d’abord s’entendre avec la Société de transport de Montréal et prévoit de formuler des recommandations « au printemps ».     

AIDEZ-NOUS! Faites-nous part des situations de mobilité ou d'urbanisme qui irritent votre quotidien dans le Grand Montréal! Devenez membre du groupe Facebook «Dans le trafic», administré par les journalistes Daphnée Hacker-B. et Jean Balthazard.

Les chauffeurs contre  

Là où ça bloque : au Syndicat de la fonction publique, qui représente les chauffeurs de la Société de transport de Montréal (STM). Le président de la section transport terrestre, Guy Germain, fait valoir qu’il n’est pas sécuritaire de mettre sur une même voie un poids lourd avec des usagers vulnérables.     

L’idéal, selon le syndicat, serait de créer des pistes cyclables séparées physiquement des voies réservées.     

Ces déclarations font fulminer Suzanne Lareau, de Vélo Québec.      

« Ça fait 10 ans, voire 15 ans, qu’on nous sert les mêmes excuses et qu’on parle des mêmes solutions ! Rien ne bouge. [...] Je comprends totalement l’exaspération des militants qui entament ce recours. »     

Un comité regroupant la STM, la Ville et Vélo Québec doit tenir une rencontre cette semaine. On peut parier que le spectre du recours judiciaire va alimenter les discussions sur ce dossier qui, de toute évidence, traîne en longueur.  

CE QUE DIT LA POLICE  

Sur le site web du Service de police de la Ville de Montréal, on peut lire que « le cycliste ne peut circuler dans une voie réservée aux autobus » et « [...] puisqu’il ne peut circuler entre deux rangées de véhicules, [il] doit emprunter une rue parallèle ».