/opinion/columnists
Navigation

Enracinés contre déracinés

Coup d'oeil sur cet article

Comme beaucoup de mes contemporains, j’utilise souvent les termes droite et gauche pour expliquer les enjeux politiques mondiaux. 

Ou progressistes et conservateurs

Mais selon le journaliste britannique David Goodhart, auteur du livre The Road to Somewhere : The Populist Revolt and the Future of Politics, un best-seller publié en 2017, cette grille d’analyse est dépassée. 

Il faut maintenant utiliser les termes déracinés et enracinés

Les « déracinés » (aussi appelés « Anywhere » par Goodhart, parce qu’ils se sentent chez eux partout) font partie de l’élite mondialiste. 

Cosmopolites, aimant voyager, ces gagnants de la mondialisation (qui travaillent dans le monde des télécommunications, du divertissement et de la finance) se considèrent comme des citoyens du monde. 

Ils rêvent d’une planète hyperconnectée où il n’y aurait plus de frontières. Leur pays, c’est Google, Facebook, Apple, Netflix et Amazon. Des entreprises transnationales qui n’ont de racines nulle part. 

Les déracinés considèrent le pays où ils habitent comme un hôtel. 

Le passé, l’histoire, l’identité, les valeurs nationales, tout ça n’a aucune importance pour eux, ce sont des concepts obsolètes qui font partie du vieux monde. 

Parlant tous anglais (en attendant d’apprendre le mandarin), ils s’identifient plus les uns avec les autres qu’avec les résidents de leur propre pays. Il n’y a rien qui ressemble plus à un « déraciné » de Tokyo qu’un « déraciné » de Madrid, de New York ou de Paris. 

Ils écoutent la même musique, regardent les mêmes séries, portent les mêmes vêtements. 

LES PIEDS SUR TERRE 

Les « enracinés » (aussi appelés « Somewhere » par Goodhart, car ils sont « de quelque part ») font du maintien de leur identité et de leurs valeurs un impératif. 

Ils ne sont pas fermés, ce ne sont pas des ultraréactionnaires qui détestent le progrès ou le changement, non. Mais ils se méfient des institutions supranationales, comme l’ONU ou la Communauté européenne. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ils veulent que les décisions qui auront un impact direct sur leur quotidien soient prises chez eux. Ils tiennent à leur langue, à leur culture, à leur histoire, à leurs valeurs. 

Contrairement aux « déracinés », ils croient qu’on n’a pas besoin de s’effacer et de renier son identité d’origine pour s’ouvrir aux autres.   

Ils se méfient comme de la peste des idéologues qui veulent faire table rase du passé. 

LEGAULT CONTRE TRUDEAU 

Goodhart a raison. 

Si on veut comprendre le monde d’aujourd’hui (la montée de ce que les élites intellectuelles appellent avec dédain le « populisme », la révolte des Gilets jaunes, Trump, le Brexit, le retour du phénomène religieux identitaire, etc.), il ne faut plus utiliser la vieille grille gauche-droite, qui est aussi dépassée que la grille communisme-capitalisme. 

Mais la grille déracinés-enracinés. 

Ou, en d’autres mots, multiculturalisme-nationalisme.   

Trudeau et Macron sont des « déracinés ». 

Boris Johnson et François Legault sont des « enracinés ». 

La Presse et Radio-Canada sont « déracinés ». 

Et le journal que vous êtes en train de lire est « enraciné ». 

« We’re on a road to nowhere », chantaient les Talking Heads. 

Pour David Goodhart, le monde est au contraire « on the road to somewhere ». 

Les enracinés se font de plus en plus entendre.

Richard Martineaun anime Politiquement incorrect de 8h à 10h sur QUB radio: