/news/currentevents
Navigation

Un bougon qui a fraudé l’aide sociale est envoyé en prison

Le Montréalais a utilisé l’identité d’un enfant de 4 ans qui est décédé en 1969

Coup d'oeil sur cet article

Un bougon qui a volé l’identité d’un défunt pour encaisser en double des chèques d’aide sociale sur une période de 12 ans, totalisant près de 85 000 $, vient d’écoper de deux ans moins un jour de prison.

« Les idées préconçues véhiculées par certains alimentent souvent le préjugé d’une prétendue oisiveté des prestataires de l’assistance sociale ; le comportement de l’accusé contribue à alimenter le cynisme », a lancé sans détour le juge Jean-Jacques Gagné, il y a une dizaine de jours, au palais de justice de Montréal.

Jean Trudeau, un Montréalais de 59 ans, a monté tout un système pour frauder l’aide sociale entre 2004 et 2016. Mais son plan avait commencé bien plus tôt.

En 1980, Trudeau, qui n’a aucune contrainte à l’emploi, avait pris note d’un avis de décès d’un enfant de 4 ans, mort en 1969. 

Puis, vers 2000, il a utilisé ces renseignements pour demander au Directeur de l’état civil un baptistaire sous le nom de l’enfant. 

Grâce aux documents obtenus, il a pu obtenir un numéro d’assurance sociale ainsi qu’une carte d’assurance maladie. Cela lui a ensuite permis d’ouvrir un compte de banque sous la fausse identité ainsi que de louer un logement.

Déjà prestataire d’aide financière sous son vrai nom, il a ainsi pu encaisser à 143 reprises l’aide sociale avec sa deuxième identité.

Un parasite

« Il a érigé lui-même le stratagème [...] dans le but de nourrir son mode de vie parasitaire, hédoniste et marginal », a déploré le magistrat.

D’autant plus que Trudeau avait également menti dans ses déclarations pour l’aide financière à son vrai nom : il avait affirmé vivre seul, alors qu’il vivait avec une conjointe. Il s’était fait attraper en 2008 et avait dû rembourser 25 000 $ pendant 10 ans.

« L’accusé a abusé de la confiance de la communauté et de la mission de l’assistance sociale », a sévèrement critiqué le juge.

Pour le procureur de la Couronne Louis-Philippe Meek Baillot, le crime de Trudeau méritait deux ans moins un jour d’incarcération. L’avocate de la défense Mélissa Podilchuk proposait, pour sa part, la prison à domicile et des travaux communautaires.

Pas de clémence

Mais selon le juge Gagné, la prison ferme était nécessaire, d’autant plus que des rapports décrivent Trudeau comme un individu « manipulateur, paresseux et centré sur ses besoins » et que le risque de récidive est toujours présent.

Et surtout, a précisé le juge, le crime de Trudeau a nui « aux plus démunis, aux personnes véritablement dans le besoin » en leur donnant mauvaise réputation et en entretenant les idées préconçues.

« Le comportement de l’accusé n’est pas le résultat d’une seule décision malavisée relevant d’une erreur de jugement », a d’ailleurs rappelé le magistrat, juste avant d’envoyer Trudeau derrière les barreaux.