/sports/hockey/canadien
Navigation

Une question de temps

Les coéquipiers d’Alex Ovechkin le croient capable de devancer Wayne Gretzky

HKO-HKN-SPO-WASHINGTON-CAPITALS-V-PHILADELPHIA-FLYERS
Photo d’archives, AFP Malgré ses 34 ans et son style de jeu fougueux, Alex Ovechkin ne ralentit pas la cadence.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT LOUIS | Comme pour les records détenus par Gordie Howe à une autre époque, personne ne croyait possible que quelqu’un puisse s’approcher des statistiques historiques de Wayne Gretzky.  

• À lire aussi: John Carlson, le favori pour le Norris

Il y aura 21 ans en avril, la Merveille tirait sa révérence après une carrière de 20 saisons dans la LNH. Ses 894 buts et ses 2857 points sont les marques qui frappent le plus l’imaginaire.    

Pour ce qui est de la colonne des points, le célèbre numéro 99 peut encore dormir sur ses deux oreilles. Joe Thornton, avec 1497 points, est le joueur actif le plus près. On parle pratiquement de la moitié de la production de Gretzky. Et même s’ils jouaient encore 10 ans, Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Alex Ovechkin peineraient à atteindre le plateau des 2000 points.   

Toutefois, pour la première fois depuis le 23 mars 1994, date à laquelle Gretzky a devancé Howe, le titre de meilleur buteur de l’histoire pourrait être sur le point d’être menacé.   

Tout juste avant la pause du match des étoiles, Ovechkin s’est hissé au 9e rang des plus grands buteurs de l’histoire. Avec 692 buts, il n’est plus qu’à 202 de la prestigieuse marque de Gretzky. Est-ce logique de penser qu’à 34 ans, le capitaine des Capitals peut aspirer à ce trône ?   

« Oui, il a une chance légitime de le battre, a soutenu John Carlson, rencontré pendant le week-end des étoiles. Depuis des années, toutes les équipes cherchent à l’empêcher de marquer en supériorité numérique d’un tir sur réception alors qu’il se retrouve à l’aile gauche. C’est toujours le même but, mais il n’y a aucune équipe qui parvient à le contrer. »   

Un rythme effréné  

Le défenseur des Capitals touche un excellent point. Toutefois, supposant qu’Ovechkin maintienne le rythme actuel jusqu’à la fin de la campagne, il lui manquera environ 182 buts pour atteindre cet objectif.    

Ce qui signifie que pour parvenir à égaler Gretzky, il devra maintenir une moyenne de 46 buts par campagne s’il choisit de disputer quatre autres campagnes. S’il en ajoute une, la moyenne à atteindre sera de 37 buts.   

Puisque le Russe deviendra probablement, d’ici la fin de la campagne, le troisième joueur de l’histoire à avoir enregistré neuf saisons de 50 buts (les autres étant Gretzky et Mike Bossy), il n’est pas farfelu de croire que c’est possible.   

« Ça dépendra de ce qu’il veut accomplir et de combien d’années il veut jouer », a mentionné T.J. Oshie.   

« En tout cas, il ne démontre aucun signe de ralentissement. Depuis cinq ans, il n’a perdu ni sa vitesse ni sa touche. Son tir est toujours aussi vif et puissant, a ajouté l’Américain, qui dispute actuellement sa cinquième saison avec les Capitals. Son désir de vaincre et sa détermination sont toujours aussi grands. Et peut-être encore plus grands ! »   

Le meilleur des meilleurs  

Une chose est certaine, avant longtemps, le nom d’Ovechkin sera mentionné dans les conversions visant à déterminer qui est le plus grand marqueur de tous les temps. D’ailleurs, il semble que ce soit déjà le cas. Même auprès de ses adversaires.   

« Je crois tout simplement qu’il est le meilleur marqueur naturel de l’histoire. Point final, a soutenu Max Pacioretty. Je ne veux pas rabaisser ceux qui sont passés avant lui, mais Ovechkin joue à une époque où nous analysons absolument tout. Avant un match, toutes les tendances sont scrutées à la loupe.    

« Ce n’est pas seulement un bon marqueur, c’est une force de la nature. Il est puissant », a ajouté l’ancien capitaine du Canadien.   

Des 692 buts qu’il a marqués, Ovechkin en a réussi 32 contre le Canadien. Il n’aura pas l’occasion d’en ajouter lors de la visite des Capitals, ce soir, au Centre Bell. Le Tsar purgera le match de suspension qui lui a été imposé pour avoir refusé de participer au week-end des étoiles.