/sports/others
Navigation

Laurence Vincent-Lapointe: blanchie grâce à ses longs cheveux

Coup d'oeil sur cet article

La canoéiste Laurence Vincent-Lapointe a pu être blanchie des accusations de dopage qui pesaient contre elle grâce à ses longs cheveux, qui ont emmagasiné des mois de données sur sa vie, permettant de démontrer que l'athlète ne consomme pas de ligandrol. 

Lundi, l'athlète a expliqué avoir été contaminé au ligandrol par son ex-conjoint lors d'un «échange de fluides». Seules quelques traces de la substance illicite se trouvaient dans l'organisme de Laurence Vincent-Lapointe.  

Pour étayer cette thèse, les analystes ont pu «reculer dans le temps» en analysant les cheveux de la canoéiste et constater que celle-ci n'est pas une adepte du ligandrol, a expliqué le professeur André Lajeunesse, professeur en chimie criminalistique à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). «C'était une bonne stratégie», a-t-il souligné.  

Pour mener ce genre de tests, les cheveux doivent être prélevés à l'arrière de la tête, le plus près possible du crâne pour ne pas perdre de la moindre semaine de données. Les cheveux ainsi recueillis sont ensuite lavés dans une solution spéciale, avant qu'on enlève la kératine pour voir ce qui se cache à l'intérieur. Le sujet intéresse grandement le département de chimie criminalistique de l'UQTR, spécialement en ce qui concerne le GHB.  

Le recours aux analyses de cheveux demeure rarissime dans le milieu de la lutte antidopage pour plusieurs raisons. Notamment, plusieurs athlètes ont des cheveux très courts, ce qui empêche d'évaluer leur historique de consommation de substances illicites.  

De plus, le lien entre ce que la personne a absorbé et ce qu'on retrouve dans les cheveux peut être difficile à établir. Les données peuvent aussi être altérées, notamment par les colorations capillaires.