/investigations
Navigation

Le parti de Plante rattrapé par un manque d’expérience

De nouveaux élus de Projet Montréal se sont mis dans l’embarras récemment

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.
Photo d'archives, Agence QMI La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Forcé d’expulser une seconde mairesse d’arrondissement de son caucus, le parti Projet Montréal est victime de l’inexpérience de certains de ses élus, croit une analyste de la scène municipale.

• À lire aussi: Sue Montgomery évoque une commande politique

• À lire aussi: Plante montre la porte à Sue Montgomery

• À lire aussi: Harcèlement au cabinet de la mairesse Sue Montgomery

Vendredi dernier, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a expulsé la mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, de son parti.

Hier, la dispute a monté d’un cran quand Mme Montgomery a évoqué une commande politique.

Selon la professeure de l’Université du Québec à Montréal en gestion municipale et métropolitaine Danielle Pilette, ce dernier épisode témoigne d’« inexpérience politique ».

Projet Montréal a accédé au pouvoir pour la première fois à la fin 2017, en faisant élire 11 maires parmi les 19 arrondissements.

Quatre d’entre eux ont fait les manchettes depuis pour leur comportement controversé ou bien parce qu’ils ont démissionné (voir plus bas).

Parmi eux, seul l’ex-maire du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez était un vétéran de la politique.

Formation et déception

« On est en présence de personnes inexpérimentées. Ça rend les choses plus difficiles, soutient Mme Pilette. Dans ce parti, on dirait qu’on met l’accent sur le programme politique et qu’on ne donne pas suffisamment de formation administrative aux élus. » 

Elle rappelle notamment le cas de Giuliana Fumagalli, aussi expulsée après une enquête de harcèlement.

« [Les élus] ont l’impression que les employés affectés à leur arrondissement leur appartiennent », remarque l’analyste. 

En fait, ces employés relèvent plutôt du directeur général de la Ville.

Selon plusieurs sources politiques consultées par notre Bureau d’enquête, l’inexpérience et le peu d’intérêt pour la chose municipale de Mme Montgomery étaient source de déception au cabinet de Mme Plante. 

« Il y avait une déception profonde par rapport à Sue », nous a indiqué une source. 

Manque de connaissance

En entrevue hier, Mme Montgomery a confirmé que des membres du cabinet de Valérie Plante lui en avaient fait part. 

« Je leur ai dit que les hauts fonctionnaires me bloquaient et me disaient que je posais trop de questions », a -t-elle rapporté.

Mais bousculer les fonctionnaires est très difficile, rappelle Danielle Pilette. 

« Il y a des fonctionnaires très expérimentés qui tiennent à leurs façons de faire », dit-elle.

Le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Montréal, Lionel Perez, qui est aussi élu dans cet arrondissement, a parlé d’un « manque de connaissance de la vie municipale » de la part de Mme Montgomery. 

« Ce n’est pas en allant en guerre avec la fonction publique qu’on va faire bouger les [choses] », a affirmé M. Perez.

Des maires de Projet Montréal qui ont fait des vagues

Luc Ferrandez

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.
Photo d'archives, Chantal Poirier

Le maire du Plateau-Mont-Royal a quitté son poste par surprise au printemps 2019. Il reprochait notamment à Valérie Plante et son équipe de ne pas poser assez de gestes forts pour sauver l’environnement.

Giuliana Fumagalli

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.
Photo d'archives, Agence QMI

Élue sous la bannière de Projet Montréal en 2017, Mme Fumagalli a été exclue du parti après avoir été visée par une enquête du contrôleur général en 2018. Elle avait eu des crises de colère et insulté plusieurs employés municipaux.

Philipe Tomlinson

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.
Photo d'archives, Agence QMI

Le maire d’Outremont a fait l’objet d’une plainte à la Commission municipale du Québec pour avoir traité des citoyens de « peanut gallery », que l’on pourrait traduire par gérants d’estrade. Son équipe a aussi voulu se donner le droit d’empêcher des citoyens d’assister au conseil d’arrondissement, avant de reculer.

Sue Montgomery

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a perdu trois maires d’arrondissement depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2017.
Photo d'archives, Agence QMI

Le contrôleur général de la Ville de Montréal a conclu que sa directrice de cabinet a fait du « harcèlement psychologique » envers deux employés. Selon le rapport interne, la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce a fait de l’« aveuglement volontaire » dans ce dossier.