/misc
Navigation

Plaidoyer au féminin

HKN-HKO-SPO-2020-NHL-ALL-STAR-SKILLS
Photo AFP Le match entre les Canadiennes et les Américaines présenté dans le cadre du week-end des étoiles de la LNH a été hautement divertissant.

Coup d'oeil sur cet article

Ça n’a pas été le fait saillant majeur du week-end des étoiles à Saint-Louis, mais ç’a été hautement divertissant. La classique invitation Canada États-Unis chez les dames a permis une vitrine remarquable pour le hockey féminin.

C’est toutefois la suite qui m’intéresse. Ça fait longtemps, donc on ne s’en souvient pas vraiment, mais Gary Bettman a fait ses classes à titre de vice-président et directeur exécutif de la NBA. David Stern était le patron de Bettman. C’est sous le règne de Stern et trois ans après le départ de Bettman vers la LNH qu’a été fondée la WNBA, circuit professionnel de basketball féminin. 

Visionnaire et précurseur, Stern a traversé les tempêtes et passé le flambeau d’une NBA au zénith de sa popularité à Adam Silver en 2014. Les Américains, une fois leur passion du football assouvie, font du basket le deuxième sport en importance sur leur territoire. 

Ce qui m’amène à ceci : qu’est-ce que Gary Bettman attend pour fonder la Ligue nationale de hockey féminin ? C’est une opportunité de mentorat et de mécénat. Le commissaire ferait preuve d’un leadership renouvelé. 

Les six équipes originales

Imaginez un instant. Recréer la LNH des six équipes originales.

Montréal, Toronto, New York, Boston, Détroit et Chicago. Vingt joueuses sous contrat par équipe, 17 en uniforme lors des matchs. Un calendrier équilibré de 40 matchs, 8 contre chacune des équipes. Deux demi-finales au meilleur de cinq et une finale au meilleur de sept matchs.

Un plafond salarial fixé à 1 million, salaire minimum à 30 000 $ et maximum à 100 000 $. Transport en autocar, version 2020 des voyages en train. Électrique l’autocar svp, bon pied bon œil...

Collaboration pleine et entière des équipes mères. Mise en disposition des installations, et surtout, le crucial réseautage. Tu es détenteur de droits de sièges pour voir le CH, tu reçois une offre impossible à refuser pour ajouter à ton abonnement les matchs des Canadiennes disputés à Laval. Tu es commanditaire du CH, ça vient avec la commandite des Canadiennes itou. 

Geoff Molson et ses camarades du bureau des gouverneurs doivent endosser ce projet comme une nécessité, comme une équipe-école de la Ligue américaine. Les jeunes femmes doivent sentir qu’elles font partie de la famille. On doit les intégrer en même temps que les mettre au service du développement amateur du hockey féminin. Elles en ont le temps et aussi le goût, contrairement aux superstars millionnaires du hockey masculin.

Pertes minimes

C’est un leadership complet dont il doit être question. Un grand plan qui, intégré aux structures organisationnelles existantes, ne sera d’aucune lourdeur pour la LNH et ses six concessions originales. 

Répartition équitable de la prise de risque entre la Ligue nationale et ses six équipes mères originales. Des droits de diffusion négociés à même ceux du hockey masculin. Des pertes de quoi ? Maximum 1 million par année ? On signe ou pour demander à Geoff Molson d’exiger de Marc Bergevin une économie de 1 million par saison sous le plafond salarial ? Quoi ? C’est déjà fait pour quatre fois cette somme ? Ah bon...