/entertainment/shows
Navigation

La troupe C!rca offre une performance éclatante au Diamant

Humans
Photo Pedro Greig La troupe de cirque australienne C!rca offre avec Humans un spectacle où les capacités humaines sont à l’honneur.

Coup d'oeil sur cet article

Sans clown, avec très peu d’accessoires et sans présence d’une trame narrative, la troupe de cirque australienne C!rca a déployé, avec énormément d’originalité, toute sa magie avec son spectacle Humans.  

• À lire aussi: Humans au Diamant: explorer les limites du corps humain 

Wow ! Et des wow, il y en a eu toute la soirée, mercredi, lors de la première de trois représentations présentées au Diamant.  

Humans est un spectacle qui met en vedette dix acrobates dans un tourbillon de culbutes, de pirouettes, de contorsions et d’acrobaties où le corps humain est en vedette. Un feu roulant qui se déploie durant 70 minutes.  

La dernière visite de la troupe australienne avait eu lieu en 2013, au Grand Théâtre de Québec, avec le spectacle Wuderkammer.  

Sur scène, où on retrouve une surface rectangulaire, sans artifice, où les dix acrobates, des hommes et des femmes, s’y pointent à tour de rôle et dans une sorte de rituel. Ils retirent leurs vêtements de jour pour dévoiler des corps musclés, fermes et ciselés.   

Humans
Photo Pedro Greig

Ils quittent. Une artiste féminine, enveloppée dans une espèce drap noir, se roule et se contorsionne sur le sol. Humans est lancé.  

Un homme effectue une série de pirouettes arrière, saute et se laisse tomber avec fracas sur le sol.  

Les corps sont sollicités et parfois avec une certaine brutalité. Ils sont tout à coup cinq, six, sept, huit, neuf et dix sur les planches et ça virevolte dans tous les sens. On utilise toute la surface.  

Il y a très peu d’accessoires dans Humans. Un trapèze, une série de sangles et c’est à peu près tout.  

Toute la magie de Humans repose sur ces dix acrobates qui se contorsionnent, s’imbriquent, jouent les équilibristes et effectuent toutes sortes de mouvements et pirouettes. Et des pirouettes arrière, l’acrobate Hamish McCourty en effectuera une quinzaine d’affilée vers la fin du spectacle.  

Humans
Photo Pedro Greig

En mouvement  

Ils démontrent et exposent, avec réussite et brio, les capacités humaines et c’est très impressionnant. C’est aussi très beau.  

On pourrait croire que le tout peut devenir un peu lassant à la longue, mais ce n’est jamais le cas. La mise en scène du directeur artistique Yaron Lifschitz, jumelée aux performances des artistes, est fascinante et captivante. C’est un feu roulant.  

L’inaccessible étoile  

Et Humans est parsemé de moments ludiques, comme ce numéro où les artistes tentent, au son de La Quête de Jacques Brel, cet objectif d’atteindre l’inaccessible étoile : de lécher leurs coudes. Certains que plusieurs spectateurs vont tenter la chose à la maison.  

Et tout à coup, la musique, excellente, ralentit, comme le corps. Une acrobate propose un numéro de trapèze, près du sol, tout en lenteur.  

C!rca s’est produit devant un million de spectateurs et dans 40 pays depuis sa création, à Brisbane, en Australie, en 2004. On comprend pourquoi. Humans est présenté à nouveau, jeudi soir, et vendredi, à 19 h 30, au Diamant.