/investigations/transports
Navigation

Autorité régionale de transport métropolitain: le terme «ligne rose» a disparu

L’organisme qui planifie les transports dans le grand Montréal a retiré ces mots de son vocabulaire

RoseUpdatedXNoLogo
Illustration courtoisie Le parti de la mairesse Valérie Plante, Projet Montréal, a lancé l’idée d’une ligne de métro reliant Montréal-Nord et Lachine, en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

La ligne rose de métro souhaitée par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a-t-elle été reléguée aux oubliettes ? Le terme « ligne rose » a été retiré des documents officiels de planification, a constaté notre Bureau d’enquête.  

Les acteurs concernés assurent que ce changement de vocabulaire ne signifie pas la mise au rancart du projet.     

Le programme des immobilisations (PDI) 2020-2029 de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) n’a pas encore été rendu public, mais nous avons pu en consulter une version qui a été approuvée par les élus de la région en décembre.     

Dans ce document, l’étude « Pour un mode structurant dans l’axe de la ligne rose » a été remplacée par une étude « Pour un projet de décongestion de la ligne orange et de la station Berri-UQAM et de la progression de l’offre ».     

Notons que les mots « mode structurant », qui sont synonymes d’un système de transport en commun lourd comme une ligne de métro, de train ou de tramway, ont disparu.     

Un projet qui évolue  

La ligne rose a surtout été mise de l’avant par Valérie Plante en campagne électorale, en 2017. Elle consistait à l’époque en une ligne de métro reliant Montréal-Nord et Lachine en passant par le centre-ville.     

Depuis, le gouvernement du Québec a décidé d’étudier un projet de tramway entre Lachine et le centre-ville.     

Ce faisant, le projet de métro a évolué vers une ligne reliant le nord-est de l’île et le centre-ville.     

L’ARTM, via son porte-parole Simon Charbonneau, assure que ce tronçon de métro est toujours évalué, bien que les changements de vocabulaire laissent entrevoir un projet moins ambitieux.     

« Les études en cours sur la décongestion de la ligne orange servent justement à documenter les solutions possibles, incluant un mode de transport structurant dans l’axe de la ligne rose », indique-t-il.     

Même son de cloche du côté du cabinet de la mairesse Plante.     

« Nous n’avons aucun indice que la ligne rose a cessé d’être étudiée », affirme le porte-parole Youssef Amane.     

Changement de gouvernement  

Ces changements de vocabulaire concordent avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement à Québec.     

C’est le Parti libéral du Québec de Philippe Couillard qui avait annoncé le lancement d’une étude « dans l’axe de la ligne rose », en juillet 2018.     

Depuis, la Coalition avenir Québec (CAQ) a pris le pouvoir, et a exprimé de nombreuses réserves sur ce projet.     

« La ligne rose de métro, tel que ç’a été présenté initialement, nous ne sommes pas en faveur », a notamment déclaré la ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole, Chantal Rouleau.     

Le discours politique s’est depuis axé sur le désengorgement de la ligne orange.      

En mai, le ministre des Transports, François Bonnardel, indiquait que la ligne rose serait étudiée si l’Autorité régionale de transport métropolitain la jugeait nécessaire pour désengorger la ligne orange.     

C’est quelques jours plus tard que la nouvelle étude a été annoncée.     

Il y a deux semaines, la mairesse Plante a mentionné aux côtés de la ministre fédérale des Infrastructures, Catherine McKenna, que « ce qui compte, c’est de trouver une solution pour enlever de la pression sur la ligne orange ».     

Le tramway à l’étude  

Le projet de tramway reliant Lachine au centre-ville, présenté par Valérie Plante comme le « premier tronçon de la ligne rose », est maintenant étudié par l’Autorité régionale de transport métropolitain. Québec a décidé d’inscrire ce projet dans son budget quand l’administration Plante a accepté de transférer une enveloppe fédérale de 800 M$ à la Ville de Québec pour financer le projet de tramway dans la Vieille Capitale.