/finance/opinion/columnists
Navigation

Les boomers ont la cote chez les employeurs

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des 10 dernières années, il s’est créé au Québec 486 000 emplois. Alors que les 55 ans et plus comptent pour 21 % des travailleurs, ils ont accaparé les deux tiers de tous les emplois créés depuis la crise économique de 2009, soit 330 300. 

Et fait remarquable, à la lumière des données compilées par l’Institut de la statistique du Québec, les 55 ans et plus, selon mes calculs, ont également mis la main sur les deux tiers de l’augmentation des emplois à temps plein durant cette période de 10 ans.   

Comment peut-on expliquer un tel phénomène ?  

Participation accrue des aînés 

D’après Marc-André Demers, analyste en statistiques du travail à l’Institut de la statistique du Québec, si les 55 ans et plus ont tant renforcé leur présence sur le marché du travail, c’est en raison du vieillissement de la main-d’œuvre et de la participation accrue des personnes âgées au marché du travail. 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En voici la preuve. En 2009, les travailleurs de 55 ans et plus représentaient quelque 15,3 % de la population active, c’est-à-dire l’ensemble des travailleurs occupant un emploi et de ceux en cherchant un. Dix ans plus tard, cette catégorie de travailleurs occupe maintenant 21,3 % de la population active, en hausse de six points de pourcentage. 

Plusieurs autres raisons expliquent pourquoi nos travailleurs âgés ont réussi à mettre le grappin sur les deux tiers des emplois créés lors des 10 dernières années. 

Autres raisons 

Il va sans dire que la pénurie d’emplois au Québec force inévitablement les entreprises à courtiser davantage les travailleurs de grande expérience. 

La hausse du coût de la vie incite, pour sa part, les personnes âgées à demeurer plus longtemps actives sur le marché du travail, ou simplement à redevenir actives après une brève retraite. 

La mise en place de mesures fiscales incitant les travailleurs âgés à rester plus longtemps sur le marché du travail contribue également au « vieillissement » de la main-d’œuvre québécoise. 

Il faut souligner à ce chapitre l’entrée en vigueur de la bonification du crédit d’impôt pour les travailleurs d’expérience et l’instauration d’un crédit d’impôt remboursable pour les petites et moyennes entreprises (PME) favorisant le maintien en emploi des travailleurs d’expérience. 

Cure de jouvence 

L’augmentation de l’espérance de vie a eu un effet de cure de jouvence sur les 65 ans et plus. 

Le nombre de travailleurs de 65 ans et plus a explosé de 129 % au cours des 10 dernières années, passant de 78 000 à 178 000. Pendant cette même période, la population des 65 ans et plus croissait de 45 %. 

Le taux d’emploi chez les 65 ans et plus, c’est-à-dire le pourcentage de travailleurs actifs par rapport au nombre de personnes dans cette catégorie d’âge, s’élève aujourd’hui à 11,1 %, en hausse de 4,1 points de pourcentage depuis 2009. 

Par ailleurs, chez les 55 à 64 ans, le taux d’emploi atteint maintenant les 61 %, soit 10 points de pourcentage de plus qu’en 2009. 

Bien qu’ils ne comptent que pour 17,2 % de la population active, les « 55 à 64 ans » ont décroché 47 % des emplois créés ces 10 dernières années.