/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les fédéralistes et l’éternelle mémoire sélective!

Cher Jonathan Trudeau, les «limbes constitutionnels», nous y sommes tous! Ensemble!

Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque
Photo d'archives Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque

Coup d'oeil sur cet article

Cher Jonathan Trudeau, les «limbes constitutionnels», nous y sommes tous! Ensemble!  

Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque
Photo d'archives, Agence QMI

La mémoire sélective des fédéralistes  

C’est chaque fois pareil. Mes amis fédéralistes qui répètent ce slogan éculé: «Le Québec a dit non deux fois à l’indépendance!»          

  • Écoutez le débat entre Steve E.Fortin et Jonathan Trudeau à QUB Radio    

Et mon collègue qui reprend cette formule sans nuance ce matin: «Le statut de minorité francophone dans un pays imparfaitement bilingue, nous l’avons choisi. Deux fois plutôt qu’une. Mais nombreux sont ceux qui ne peuvent se contraindre à l’assumer.»      

Petit rappel à l’intention de mon estimé collègue... Le Québec n’a jamais voté ni n’a été consulté pour joindre la Confédération. Le Québec n’a jamais cautionné la constitution de 1982. Le Québec a dit non à la question alambiquée de René Lévesque en 1980. Le Canada et le Québec se sont dit non en 1992 sur le fiasco Meech-Charlottetown. Et le Québec s’est fait royalement entuber lors de cet exercice démocratique spolié que fut le référendum de 1995.         

Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque
Photo d'archives, Agence QMI

C’est ce que j’ai nommé dans plusieurs textes les «limbes constitutionnels».       

Le Québec se trouve dans cet espace démocratique où il n’est ni dedans la constitution ni complètement en dehors. D’ailleurs, en causant avec un ami constitutionnaliste en 2017 lors des célébrations du 150e de la Confédération du Canada, celui-ci ironisait sur le fait que ce pays célèbre ce jalon de son histoire au moment où plus de 20% de sa population n’a jamais adhéré au texte fondateur du pays, la constitution.      

En d’autres lieux, aux États-Unis par exemple, où la Constitution est tenue en très haute estime, on ne tolérerait pas cet état de fait. Ici oui. Les fédéralistes devraient se demander pourquoi. Et tous les Québécois aussi. J’ai ma petite idée là-dessus. Des politiciens de chez nous, pour repousser ces gênants «limbes constitutionnels» diront même que ces choses ne sont pas du rang des «vraies affaires», que cela n’intéresse pas les gens...       

Un pays qui néglige ainsi son texte fondateur, ce contrat social qui est censé lier ceux qui le constituent, n’est-ce pas là le signe d’un malaise qui dépasse largement les simples «chicaniers» indépendantistes?       

Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque
Photo d'archives, Agence QMI

Bilinguisme my ass!  

Pour ce qui est de la question du bilinguisme en ce pays, rappelons ceci: c’est un leurre et ça n’existe pas. Ça n’existe plus. Point barre. Mes enfants connaîtront la fin officielle de ce leurre. Il y aura bientôt en cet éden multiculturel postnational une langue commune et des langues secondes. C’est ma petite prédiction.       

En attendant, le bilinguisme au Canada demeure surtout le fait que le Québec, le Nouveau-Brunswick et une partie de l’Ontario poussent les chiffres vers le haut. Les francophones, donc, sont bilingues.       

Tu connais le journaliste Étienne Fortin-Gauthier de TFO en Ontario? Un journaliste franco-ontarien très intéressant à suivre sur les réseaux sociaux. Il publiait ce rappel qui devrait faire réfléchir tous les fédéralistes du Québec sur son compte Twitter il y a quelques jours:       

«Petit rappel sur le bilinguisme au Canada: 46,2% des francophones du pays parlent l’anglais vs 9,2% des anglophones qui parlent français. Seulement 17% des Canadiens sont bilingues. Donc surtout des francophones.»      

Chaque recensement nous rapproche de l’assimilation. Car comme l’écrivait le linguiste Paul Daoust jadis:       

«Si le bilinguisme individuel est une immense richesse, le bilinguisme collectif pour une minorité politique est un poison mortel. Ce bilinguisme n’existe que le temps de laisser la minorité rejoindre la majorité.»      

Je sais, je sais, il y a des fédéralistes au Québec qui ne rechigneraient pas à ce que le Québec renonce à sa spécificité linguistique — et culturelle — afin de «rejoindre» le Canada. Le français et la culture historique québécoise que l’on célébrerait, occasionnellement, comme un folklore du passé...      

Et pourtant, ce petit et frêle sursaut de nationalisme avancé par la CAQ nous montre bien à quel point tout nous distingue du Canada, du moins tant de choses... Et de l’autre côté de l’Outaouais, on se gêne même plus pour sacrer, pour vociférer quand le Québec ose exprimer sa distinction, fût-elle linguistique, sur le vivre-ensemble ou par ses préférences environnementales, par exemple...      

Ce qui se passe au Parti conservateur n’est pas étranger à cela. Le regain de vigueur du Bloc québécois non plus. Et chaque fois que les fédéralistes regarderont de haut ceux qui refusent de plier l’échine devant le Canada, leur rang grossira.