/world/usa
Navigation

Trump signe le nouvel accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique

Trump signe le nouvel accord de libre-échange avec le Canada et le Mexique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Le président des États-Unis Donald Trump a promulgué mercredi le nouvel accord commercial trilatéral négocié pendant de longs mois avec le Mexique et le Canada, mais aussi l’opposition démocrate.  

C’est le dernier acte d’un très long processus qui a commencé dès l’arrivée du milliardaire républicain à la Maison-Blanche, en janvier 2017, jusqu’à l’adoption finale par le Congrès américain mi-janvier de l’Accord États-Unis Mexique Canada (AEUMC).  

«Aujourd’hui, nous mettons enfin un terme au cauchemar de l’ALÉNA», a lancé Donald Trump lors d’une cérémonie de signature à la Maison-Blanche, en référence au précédent accord qui liait les trois pays depuis 1994, mais qu’il critiquait avec force, estimant qu’il avait coûté trop d’emplois à l’économie américaine.  

Il a en revanche promis un «avenir glorieux» à l’industrie américaine grâce à l’AEUMC.  

Le nouveau texte est un toilettage de l’ALÉNA de 1994. Il prévoit par exemple des innovations en matière environnementale, mais doit surtout réduire les différences de traitement entre ouvriers des trois pays pour éviter des délocalisations massives.  

L’AEUMC amendé a déjà été ratifié le 10 décembre par le Mexique, et devrait l’être sans grande difficulté par le Canada dans les semaines à venir. Le gouvernement de Justin Trudeau a lancé lundi la ratification parlementaire en appelant l’opposition à l’approuver rapidement.  

La Chambre des représentants américaine, à majorité démocrate, avait consenti à donner son aval en décembre, à l’issue de longues discussions avec l’administration Trump et au prix de nombreux amendements au texte initial dévoilé fin 2018. Le Sénat lui a emboité le pas le 16 janvier, et la signature du président n’était plus qu’une formalité. 

Libre-échange nord-américain: de l’ALÉNA à l’AEUMC

- 1994: naissance de l’ALÉNA -

Signé fin 1992 entre les États-Unis, le Canada et le Mexique, l’ALÉNA entre en vigueur le 1er janvier 1994, donnant naissance, à l’époque, au plus grand marché du monde.

Le traité permet la suppression progressive de la plupart des tarifs douaniers pour les marchandises et l’élimination des barrières aux investissements, permettant aux entreprises de s’installer plus facilement dans les autres pays signataires.

- Trump veut renégocier l’ALÉNA -

En août 2017, le nouveau président américain Donald Trump impose une renégociation de l’ALÉNA, qu’il accuse d’avoir encouragé l’exode d’emplois manufacturiers américains vers le Mexique.

Il souhaite également réduire le déficit commercial américain avec le Mexique et supprimer le système de règlements des litiges de l’ALÉNA («chapitre 19») qu’il juge inéquitable.

- Guerre commerciale -

Fin mai 2018, Washington annonce que des taxes américaines sur l’acier et l’aluminium, dont le Mexique et le Canada ont été d’abord exemptés, leur seront désormais appliquées, la renégociation de l’ALÉNA tardant à aboutir.

Ottawa et Mexico portent plainte devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC). 

Le 5 juin, le Mexique publie une liste de produits américains taxés en représailles (viande de porc, whisky, fromages, pommes, raisins...).

Le 29, le Canada annonce à son tour des taxes sur des produits américains (acier et l’aluminium, mais aussi whisky, ketchup, jus d’orange, bateaux à voile et à moteur, tondeuses à gazon...). 

Washington conteste ces représailles devant l’OMC.

- Un nouvel accord: l’AEUMC -

Le 27 août 2018, Donald Trump annonce avoir conclu « un très bon accord » commercial avec le Mexique.

Le 30 novembre, Washington, Ottawa et Mexico signent un nouveau traité de libre-échange, l’Accord Canada États-Unis, Mexique (ACEUM), en marge du G20 à Buenos Aires.

Le texte doit être entériné par les Parlements des trois pays.

- Obstacles -

Le 17 mai 2019, Donald Trump annonce la suppression des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium en provenance du Canada et du Mexique, ouvrant la voie à la ratification du nouvel accord.

Donald Trump suscite cependant une levée de boucliers en annonçant imposer à partir du 10 juin des taxes sur les biens mexicains, pour forcer le Mexique à agir contre l’afflux de migrants clandestins aux États-Unis et le trafic de drogues.

Ces menaces sont levées après l’annonce le 7 juin d’un accord sur l’immigration.

- Trump signe le nouvel accord -

Le 10 décembre, après de longs mois de négociations avec l’administration Trump, les démocrates annoncent qu’ils sont satisfaits des amendements apportés au texte paraphé initialement.

L’AEUMC amendé est ratifié par le Mexique.

Le 19, la Chambre des représentants américaine, à majorité démocrate, consent à donner son aval, à l’issue de longues discussions avec l’administration Trump et au prix de nombreux amendements au texte initial. 

Le 16 janvier 2020, le nouvel accord de libre-échange, l’AEUMC, est définitivement approuvé par le Congrès américain.

Le 28, le gouvernement de Justin Trudeau lance la ratification parlementaire en appelant l’opposition à l’approuver rapidement.

Le 29, Donald Trump promulgue le nouvel accord commercial trilatéral.