/opinion/columnists
Navigation

Bastien: le beau risque?

Rencontre Frédéric Bastien
Photo d’archives, Ben Pelosse Frédéric Bastien

Coup d'oeil sur cet article

On pourrait se désintéresser des courses à la direction du PLQ et du PQ tant ces deux formations sont amochées.  

Ce serait de la myopie. Rien ne dure en politique.  

Au PQ, trois candidatures sont confirmées : Gaudreault, St-Pierre Plamondon et Bastien.  

Positions  

Sylvain Gaudreault est le candidat qui a la feuille de route politique la plus étoffée. Mais cette force est aussi son talon d’Achille.  

Être perçu comme le candidat de la continuité et de l’expérience n’est peut-être pas le meilleur argument de vente quand un parti, qui ne connaît que des déboires depuis longtemps, a besoin d’un électrochoc, d’un nouveau départ, d’« autre chose ».  

Il est aussi loin d’être évident que l’environnement soit la carte à jouer pour rallumer la flamme indépendantiste... si elle est « rallumable ».  

Paul St-Pierre Plamondon, lui, promet un référendum dès le premier mandat. On pourrait lui trouver le mérite de la clarté, mais est-ce bien le cas ?  

On objectera en effet qu’il n’y aura jamais de premier mandat si vous promettez un référendum perdu d’avance dans le contexte actuel.  

Pire, si vous êtes au pouvoir et foncez, vous prenez la responsabilité d’une 3e défaite, assurément fatale pour le projet souverainiste.  

Mais si, devant la perspective d’un échec, vous mettez les freins, alors votre promesse... n’en était pas vraiment une.  

Le troisième candidat, l’historien Frédéric Bastien, est celui qui a mis dans l’eau chaude la juge en chef du Québec et deux juges de la Cour suprême, rien de moins, pour leur manque de réserve et d’impartialité à l’égard de la loi sur la laïcité.  

Mario Dumont a dit de lui, avec raison, qu’il a plus fait pour le nationalisme que tout le PQ en 2019.  

Bastien ne veut pas l’indépendance pour construire un paradis écologiste ou socialiste, mais pour sortir le Québec du carcan qui lui a été imposé de force par Trudeau père en 1982.  

Son arme? L’obligation de négocier des changements constitutionnels reconnue par la Cour suprême. Aucun gouvernement du Québec ne s’en est jamais prévalu.  

Si le Québec obtenait quelque chose, il accroîtrait son autonomie, et cette victoire, pense-t-il, ramènerait peut-être l’appétit pour aller plus loin.  

Si le Québec n’obtient rien, ce serait une nouvelle démonstration, comme au début des années 1990, que le blocage est complet et qu’il n’y a rien à espérer dans le giron canadien, sauf notre « acadianisation » programmée.  

À suivre  

L’objection classique est celle de la bonne foi : pourquoi négocier avec des gens qui souhaitent un échec pour relancer leur option ?  

C’est pourtant cette approche qu’ont privilégiée les souverainistes en Écosse, en Catalogne, et René Lévesque lui-même — qui la qualifiait de « beau risque » — quand Brian Mulroney tendit la main au Québec.  

Monsieur Bastien est aussi le seul des trois candidats qui s’oppose frontalement à la réforme du mode de scrutin, devenue une grenade dégoupillée dans les pieds du PQ.  

Cette course s’annonce passionnante justement parce que les candidats ont des vues radicalement opposées.