/sports/hockey
Navigation

Un virage à 180 degrés pour Ristolainen

Le défenseur est passé d’un dossier de -41 l’an dernier à zéro cette saison

HKO-HKN-SPO-CALGARY-FLAMES-V-BUFFALO-SABRES
Photo d'archives, AFP La travail de Rasmus Ristolainen est apprécié chez les Sabres. « C’est un joueur passionné, compétitif des deux côtés de la rondelle quand il s’y met », fait remarquer son entraîneur-chef, Ralph Kruger.

Coup d'oeil sur cet article

BUFFALO | Rasmus Ristolainen a terminé au sommet de la LNH la saison dernière avec un différentiel de -41. Depuis ses débuts avec les Sabres en 2013-2014, le défenseur finlandais a également la pire fiche parmi tous les joueurs du circuit à -143.

Il n’y a pas de coquilles dans les deux statistiques : -41 et -143. Deux chiffres qui donnent le vertige. Sous les ordres de Ralph Krueger cette saison,
Ristolainen a grandement amélioré cette facette de son jeu. Avant la visite du Canadien au KeyBank Center de Buffalo, le colosse de 6 pi 4 po et 215 lb présentait un dossier de zéro.  

« Je ne joue pas pour les chiffres, a répliqué Ristolainen en entrevue au Journal lorsque questionné sur la différence entre cette saison et l’an dernier. Je peux terminer la saison avec 40 ou 4 buts, mais si nous ne participons pas aux séries, je serai furieux, peu importe les statistiques. C’est la même chose pour les plus et moins. Mais pour cette statistique, je dirai que je m’en balance encore plus. » 

Victime d’une mauvaise équipe 

Pour mieux analyser les plus et moins dans le cas de Ristolainen, il faut aussi replacer les choses en contexte. Depuis son entrée dans la LNH à Buffalo, en 2013-2014, les Sabres n’ont jamais participé aux séries. Encore pire, ils ont terminé trois fois au dernier rang de la LNH. Les trois autres saisons, ils ont fini au 23e, au 26e et au 27e rang.  

Ristolainen est le joueur des Sabres qui passe le plus de temps sur la glace depuis le début de la saison 2013-2014 avec un temps de jeu moyen de 24 min 5 s. Ceci explique cela.  

Choix de premier tour des Sabres en 2013 (8e au total), le défenseur a amassé 40 points ou plus à ses quatre dernières saisons. Et il devrait terminer la présente saison avec près de 40 points. Il a déjà amassé 23 points (5 buts, 18 passes) en 50 matchs cette année. Il n’y a pas juste du négatif avec lui.  

« Quand je le voyais jouer l’an passé, il affrontait toujours les meilleurs joueurs de la LNH, tous les soirs, a rappelé l’entraîneur Ralph Krueger. On a réparti cette tâche un peu plus. Tôt dans la saison, il affrontait encore souvent les meilleurs. Je ne sais pas comment il pensait l’an passé, mais il a acheté complètement ce qu’on prêche, les principes du système. C’est un joueur passionné, compétitif des deux côtés de la rondelle quand il s’y met. » 

Ristolainen a retrouvé le bonheur depuis l’arrivée de Krueger.  

« Je trouve que les choses se déroulent beaucoup mieux, à commencer par notre entraîneur-chef et les adjoints, a-t-il dit. J’ai vraiment du plaisir à travailler avec eux. Ils ont construit un bon système. »  

Jack Eichel a aussi le sentiment que son coéquipier est dans un meilleur état d’esprit depuis le congédiement de Phil Housley et l’entrée en scène de Krueger. 

« Rasmus connaît une très bonne saison, a affirmé le capitaine. Il est une force pour nous à la ligne bleue. Il engrange de grosses minutes et il reçoit encore les missions contre les meilleurs trios des équipes adverses. Il a aussi un rôle en supériorité numérique. J’ai le sentiment qu’il a plus de plaisir cette année. C’est bien de le voir ainsi. »