/sports/hockey
Navigation

Les meilleurs talents de l’AHL à Laval

Les meilleurs talents de l’AHL à Laval
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL | Le Rocket de Laval a confirmé les spéculations des derniers jours, vendredi, à la Taverne 1909 de la Place Bell, selon lesquelles l’organisation allait accueillir le Match des étoiles de la Ligue américaine de hockey (AHL) lors de la saison 2020-2021.  

C’est la première fois que cet événement se tiendra en sol québécois.    

Tout comme cette année, les festivités entourant la classique annuelle suivront immédiatement celles de la Ligue nationale de hockey (LNH). Le concours d’habiletés se tiendra le dimanche 31 janvier 2021, tandis que l’événement principal aura lieu le lendemain, un lundi. La deuxième ligue en importance en Amérique du Nord en profitera aussi pour tenir son gala d’intronisation au Temple de la renommée de l’AHL.    

Lorsque Mark Weightman a annoncé qu’il quittait ses fonctions comme vice-président au développement et aux opérations de la Place Bell et de l’équipe, le 23 janvier, il avait aussi promis une dernière surprise et il s’est dit heureux d’avoir pu être présent pour l’annonce.    

«De mon point de vue, j’ai eu deux coupes Grey et une coupe Vanier, et cet événement est très similaire, a raconté M. Weightman. C’est une célébration de notre sport dans un nouveau marché qui grandit très rapidement. Je suis très heureux et fier d’avoir été dans l’entourage pour cette annonce.»    

Un long processus   

Le club-école du Canadien de Montréal a établi ses quartiers à Laval lors de la saison 2017-2018. M. Weightman et son équipe voulaient accueillir cet événement rapidement dans la jeune histoire du Rocket. Ils ont mis les bouchées doubles pour démontrer aux dirigeants de l’AHL qu’ils seraient en mesure d’accueillir le Match des étoiles.    

«On voulait leur montrer que tout était en ordre et qu’on a une organisation qui roule bien, a ajouté celui qui quittera officiellement ses fonctions le 7 février. Ils le voient avec les assistances qui continuent à grimper, avec la qualité des présentations qu’on fait, la qualité des événements qu’on fait. Même les petites choses comme notre façon d’interagir avec nos partisans.»    

«Il y a des obligations logistiques qu’on doit démontrer être capable de rencontrer. Après ça, c’est vraiment de montrer nos capacités comme promoteur, comme organisateur d’événements, et qu’on a le soutien de nos partenaires pour en faire un succès.»    

Lorsque M. Weightman a cogné à la porte du maire de Laval Marc Demers, il y a plus d’un an, ce dernier n’a pas mis de temps avant d’accepter la proposition.    

«La Ville est très proactive dans ses efforts pour amener des événements sportifs ici à Laval. Quand on a cogné à la porte pour dire "on a une idée", les gens étaient à l’écoute et la réception était bonne», a conclu M. Weightman. 

Une classique qui a bien changé 

L’entraîneur-chef du Rocket de Laval Joël Bouchard se souvient de sa présence au Match des étoiles de la Ligue américaine de hockey (AHL) en tant que joueur comme si c’était hier. 

Il était une recrue, en 1995, lorsqu’il a reçu l’invitation pour prendre part à l’événement, qui faisait un retour depuis la saison 1959-1960. Contrairement au Match des étoiles habituel auquel il est possible d’assister, celui-là était très différent. 

Six jours avant les festivités, la Ligue nationale de hockey (LNH) avait annoncé la fin du lock-out, ce qui allait laisser place à une saison de 48 matchs. La classique, qui opposait à l’époque le Canada et les États-Unis, a donc pris une tout autre signification. 

«Les gars aspiraient tous à monter. La Ligue américaine était extrêmement compétitive, a dit Bouchard. Déjà pour moi, une recrue, c’était toute une expérience de pouvoir compétitionner dans un match qui n’était pas une classique des étoiles de la Ligue américaine, mais plus un match de hockey.» 

Celui qui est aujourd’hui instructeur ajoute que cet événement permet aux jeunes joueurs de bâtir leur confiance. 

«Quand t’arrives dans la Ligue américaine, tu te questionnes, tu te "challenges", ajoute l’homme de 46 ans. Après ça, tu vas au Match des étoiles et tu te dis "je suis capable de compétitionner avec des gars qui ont déjà joué dans la Ligue nationale, des noms que tu connais".» 

Les joueurs excités 

Tout comme leur entraîneur, Charles Hudon et Alex Belzile ont participé à la classique annuelle, même si les choses ont bien changé avec le temps. Ils ont représenté la formation lavalloise lors des deux dernières éditions, respectivement à Ontario, en Californie, dimanche et lundi dernier, et à Springfield, en 2019. 

Même si les deux patineurs aimeraient se retrouver dans la LNH, ils sont heureux de voir Laval organiser l’événement. 

«Je pense que ça va être quelque chose d’incroyable pour le Québec et Laval, a mentionné Hudon. Je pense que tout le monde est content, personne n’est surpris parce que le Canadien et l’organisation font tout de façon grandiose.» 

«Je pense que c’est une excellente nouvelle pour l’organisation du Canadien de Montréal, mais aussi pour la ville de Laval, a ajouté Belzile. Mon expérience à Springfield a été très professionnelle. Pour la ville, c’est très touristique. Ça va être une très bonne nouvelle pour les gens du Québec.»