/misc
Navigation

Mitt Romney, le paria

Mitt Romney, le paria
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Depuis quelques jours, nous analysons la procédure de destitution de Donald Trump et nous imaginons divers scénarios en prévision du vote d’aujourd’hui.  

Entendrons-nous de nouveaux témoins? Assistera-t-on, dès aujourd’hui, à l’acquittement de Donald Trump? Le scénario le plus probable (gardons, malgré tout, la porte ouverte) est celui dans lequel le meneur républicain du sénat Mitch McConnell parvient à regrouper les brebis égarées pour s’assurer que son troupeau s’oppose à la présence de nouveaux témoins.    

Cette même majorité pourrait ensuite voter, plus tard dans la journée, pour l'acquittement.   

Si je me permets d’évoquer cette issue, c’est que, jeudi soir, on ne parvenait pas à identifier d’autres moutons noirs que Mitt Romney. Le sénateur de l’Utah est le seul à déclarer publiquement ses intentions. En 2020, Romney constitue un cas d’exception: un républicain qui s’oppose ouvertement au président et à ses collègues du Congrès. Alors que le président semble tenir le parti dans sa main, l’opposition de l’ancien gouverneur du Massachusetts pique la curiosité.   

Ce n’est pas la première fois, depuis trois ans, que Romney sort du rang. Contrairement à beaucoup de ses collègues, il ne semble pas souffrir de pertes de mémoire. Il a maintenu la même position au sujet de Donald Trump. D’autres politiciens, jadis très critiques du candidat Trump, sont maintenant prêts à toutes les bassesses pour se maintenir dans ses bonnes grâces.   

Cette indépendance, Romney la paie chèrement pour l’instant. Non seulement on le condamne, mais d’autres le ridiculisent. À ce sujet, il était distrayant, mais totalement loufoque, d’observer les réactions à la plus récente «controverse» impliquant Romney.    

Il a osé défier les règles et se présenter dans l’enceinte du Sénat une bouteille de lait au chocolat à la main! Oui, il s’agit d’une véritable règle, les sénateurs ne peuvent boire que de l’eau et du lait pendant qu’ils siègent et les liquides doivent préalablement être versés dans un verre...   

Plus sérieusement, il faut dire que Mitt Romney a vécu bien pire pendant sa longue carrière. Après avoir été considéré comme le sauveur des Jeux olympiques de Salt Lake City et avoir été élu gouverneur, il a du s’avouer vaincu, à deux reprises, en tentant de gagner la présidence américaine. Il a d’abord été devancé par John McCain en 2008 chez les républicains, avant de s’incliner devant Barack Obama en 2012. Des échecs bien plus difficiles à encaisser que son opposition au président actuel.   

Comment expliquer que Romney puisse être le seul à rompre les rangs aujourd’hui? Au plan personnel, ils sont nombreux à souligner l’intégrité du sénateur de l’Utah, mais le geste comporte aussi sa part d’intérêts stratégiques et probablement un soupçon de désir de revanche. Après son élection, Donald Trump avait partagé un repas hautement médiatisé en compagnie de Romney qui s'attendait à entrer au cabinet. Trump l'avait plutôt humilié avant de l'ignorer complètement. 

Le siège de Romney n’est pas en jeu en 2020 et sa marge de manœuvre dans son État est confortable. De plus, vous noterez qu’il a manifesté son intérêt à un moment bien précis: lorsqu’on a évoqué la publication du livre de John Bolton.    

S’il souhaitait un prétexte idéal pour accroître la pression sur d’autres sénateurs républicains, celui-ci était idéal. Il devenait alors possible de jouer les puristes, de se démarquer comme responsable de la manœuvre et d’emmagasiner des faveurs politiques (75% des Américains croient qu’on doit faire intervenir des témoins) qu’il pourrait utiliser après le départ de Trump.   

Mitt Romney est convaincu que l’histoire jugera durement la présidence de Donald Trump et il espère encore figurer aux côtés de ceux qui auront eu le courage de le dénoncer alors que ce n’était pas populaire. Pour ce qu’on en savait ce matin, il pourrait plutôt se sentir bien seul au moment du vote. Que feront les autres républicains qui hésitaient?    

Il serait très étonnant que Mitch McConnell ne connaisse pas déjà le résultat du vote... On peut ne pas apprécier le leader républicain, mais il est intelligent, expérimenté et redoutable.