/sports/hockey/canadien
Navigation

Nick Suzuki sur les traces de Saku Koivu

Nick Suzuki sur les traces de Saku Koivu
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Nick Suzuki a réalisé, jeudi soir à Buffalo, un fait d’armes qui a été surpassé par seulement deux joueurs de première année du Canadien de Montréal lors du dernier quart de siècle.  

L’attaquant de 20 ans a récolté deux mentions d’aide dans un gain de 3-1 des siens afin d'atteindre le plateau des 30 points à son 52e match de la saison. Lors des 25 dernières années, seuls Michael Ryder et Saku Koivu y sont parvenus plus rapidement à leur année recrue. Ils avaient eu besoin de 43 et 49 matchs, respectivement.  

Ryder, alors âgé de 23 ans, avait amassé 63 points, dont 25 buts, en 81 rencontres lors de la saison 2003-2004. Le franc-tireur, qui évoluait d’ailleurs sous les ordres de l’entraîneur-chef Claude Julien, avait terminé au deuxième rang des pointeurs de l’équipe derrière Mike Ribeiro (65 points), en plus de se hisser parmi les trois finalistes au trophée Calder – finalement remporté par le gardien Andrew Raycroft.  

Koivu, 20 ans à l’époque, avait accumulé 45 points, dont 20 buts, en 82 matchs en 1995-1996. Un total qui l’a positionné au cinquième rang du Tricolore, alors mené par les Martin Rucinsky (60), Mark Recchi (78), Vincent Damphousse (94) et Pierre Turgeon (96) à l’attaque.  

Le Finlandais avait, plus tard, connu deux saisons de plus de 70 points avec le Bleu-Blanc-Rouge.  

Voilà qui augure bien pour le reste de la carrière de Suzuki, qui se classe présentement cinquième chez les recrues au chapitre des points, et troisième si l’on considère seulement les attaquants.  

Les amateurs montréalais auraient d’ailleurs été peu nombreux à parier sur le fait qu’à ce stade de la saison, seulement quatre petits points sépareraient Suzuki de Max Domi, qui ont disputé le même nombre de matchs.  

Et disons que la transaction qui a fait passer Max Pacioretty aux Golden Knights de Vegas fait encore bien paraître le directeur général du CH, Marc Bergevin, en dépit des succès de l’ex-capitaine de l’équipe cette saison. Outre Suzuki, cet échange avait permis au CH de mettre la main sur Tomas Tatar – le joueur le plus productif du club cette saison (46 points) – et un choix de deuxième tour.