/entertainment/music
Navigation

Soulja Boy accusé de séquestration et de viol

Soulja Boy accusé de séquestration et de viol
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le rappeur Soulja Boy est poursuivi par une femme qui affirme avoir été séquestrée et abusée sexuellement par un membre de son entourage.   

Selon des documents juridiques obtenus par The Blast, la femme affirme qu'elle et Soulja Boy ont entretenu une relation «romantique» pendant quatre ans.   

Son accusatrice allègue qu'en février 2019, l'assistante de la vedette du hip-hop et elle ont été impliquées dans une altercation physique devant son entrée de garage, affirmant qu'il «s'est approché en criant des grossièretés et lui a donné des coups de pied, lui a piétiné le ventre et lui a cogné la tête avec un gros pistolet.»    

Elle affirme aussi que le musicien, de son vrai nom DeAndre Way, «a tenu le pistolet contre sa tête» et lui a assuré qu'elle allait «mourir cette nuit-là et ne pourrait pas rentrer chez elle».    

Elle a ajouté qu'elle avait été blessée et souffrait tellement «qu'elle avait du mal à respirer.»   

L'accusatrice anonyme allègue que le chanteur a ordonné à son assistante de l'emmener prendre une douche et qu'il l'a regardée se déshabiller et se doucher, lui ordonnant de se laver deux fois, car elle était encore sale à la suite de l'altercation.    

Elle accuse ensuite le rappeur d'avoir «ordonné à son assistante de l'emmener dans le garage et de l'attacher avec du ruban adhésif», avant qu'elle ne soit attachée avec une rallonge et emmenée dans son garage, où son associé l'a surveillée pendant quatre heures.   

Elle assure alors qu'un des membres de l'entourage de Soulja Boy a exigé d'elle une fellation avant de la laisser partir et qu'elle «sentait qu'elle n'avait pas d'autre choix que de lui faire une fellation pour s'échapper du garage».   

Selon les documents, la victime présumée souffre de détresse émotionnelle, d'anxiété, de dépression, de sentiments d'humiliation et de traumatisme.   

Soulja Boy avait déjà été arrêté, en avril, pour une violation de sa liberté conditionnelle, lorsque des policiers ont perquisitionné son domicile après des accusations selon lesquelles il aurait kidnappé une femme, dans une affaire connexe.    

Les procureurs ont abandonné l'affaire en juin en raison de preuves insuffisantes.