/sports/hockey/canadien
Navigation

Suzuki continue d’impressionner

La recrue du CH a gagné la confiance de son entraîneur

HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-BUFFALO-SABRES
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

On savait Nick Suzuki promis à un bel avenir, mais on était loin de se douter qu’il deviendrait aussi rapidement une carte importante dans la main de Claude Julien.

 En l’absence des blessés, la recrue de 20 ans a fait la preuve qu’elle était prête pour la LNH. C’est encore plus vrai depuis la mi-décembre, où son jeu a atteint un autre niveau. D’ailleurs, en 18 matchs depuis le 19 décembre, il occupe le deuxième rang des pointeurs du Canadien, un seul point derrière les 16 de Tomas Tatar.

 Mais la preuve de son aisance dans la LNH va au-delà de la feuille de pointage. Son intelligence sur la patinoire, sa lecture du jeu et ses habiletés lui permettent de relayer la rondelle à des compagnons de trio qui, parfois, n’ont même pas eu le temps d’anticiper eux-mêmes l’action à venir.

 Plus tôt cette semaine, Jonathan Drouin, qui a eu amplement la chance de le voir à l’œuvre depuis les hauteurs du Centre Bell, ne tarissait pas d’éloges à son endroit.

 « Suzuki ne fait pas son âge. C’est impressionnant la façon dont il joue au hockey. Il est intelligent et calme »,
avait-il indiqué.

 D’ailleurs, l’arrivée d’Ilya Kovalchuk et le retour de Brendan Gallagher n’ont en rien diminué sa charge de travail. L’Ontarien a conservé sa place au centre du deuxième trio, devançant ainsi Max Domi dans la hiérarchie du Canadien, et obtient encore son temps de jeu au sein de l’attaque massive.

 Fiable défensivement

 Même sur le plan défensif, il démontre assurance et maturité, ce qui est rare à cet âge. Pas surprenant que Julien dorme sur ses deux oreilles lorsque son vis-à-vis tente de mettre son meilleur marqueur dans les pattes de Suzuki. D’ailleurs, à forces égales, l’unité de Jack Eichel n’a pas souvent touché à la rondelle quand Suzuki et ses comparses étaient sur la patinoire, jeudi.

 « Il a été bon et fiable dans les mises en jeu, surtout du côté fort. C’est un joueur intelligent, a déclaré Julien au terme de cette importante victoire. Tu dois choisir tes moments pour que le gars connaisse du succès dans ces situations-là, et ce soir (jeudi), je trouvais qu’il était
vraiment à point. »

 Reste à voir si Julien lui fera autant confiance cet après-midi, face aux Panthers, alors qu’il bénéficiera du dernier changement. Il est probable que l’unité de Phillip Danault soit confrontée à celle composée de Jonathan Huberdeau, Aleksander Barkov et Evgenii Dadonov. À eux trois, ils ont marqué 57 des 180 buts des Panthers (31,7 %).

 À l’instar de la rencontre à Buffalo, l’enjeu de cette visite des Panthers se veut capital dans la survie du Canadien. En congé depuis le 21 janvier, la troupe de Joel Quenneville occupe le troisième rang de la division Atlantique, huit points devant le Tricolore. Toutefois, les
Floridiens ont trois matchs en main.

 À l’autre bout du spectre

 Alors que les choses tournent rondement pour Suzuki, on ne peut en dire autant de deux autres espoirs du Tricolore. Jeudi soir à Buffalo, pour la première fois de la saison, Jesperi Kotkaniemi a regardé un match depuis la passerelle de presse, alors qu’il est en pleine santé. 

 Au cours de la journée, Julien a répété que le Finlandais éprouvait des ennuis et avait de la difficulté à trouver son élan. Néanmoins, il n’est pas fermé à l’idée de le réintégrer dans la formation pour la visite des Panthers. Et ce, même s’il s’avérait que Drouin est prêt à revenir au jeu.

 « On y va un match à la fois. Drouin n’a pas joué encore et Kotkaniemi demeure un joueur qu’on doit considérer », a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien.

 L’an dernier, Kotkaniemi avait été rayé de la formation à trois occasions. Les deux premières fois pendant le voyage en Californie, au début de mars.

 Par ailleurs, si Cale Fleury songeait à visionner le Super Bowl en compagnie de ses coéquipiers du Canadien, il devra probablement modifier ses plans. Laissé de côté lors des quatre derniers matchs, le jeune défenseur a été cédé au Rocket de Laval. Le Saskatchewanais de 21 ans a affronté les Senators de Belleville, vendredi soir. Il devrait faire de même, samedi soir.

 En 41 matchs avec le Canadien, la recrue a inscrit un but.