/investigations/truth
Navigation

Le Québec ne donne pas son eau

Bouteille d'eau
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Alexandre Cusson, candidat à la chefferie libérale.
Photo Didier Debusschère
Alexandre Cusson, candidat à la chefferie libérale.

En lançant sa campagne à la direction du Parti libéral du Québec dimanche dernier, Alexandre Cusson a déploré que « les Québécois ne reçoivent que 150 000 $ en redevances annuelles de la part de neuf entreprises qui exploitent l’eau au Québec ». Il souhaite notamment hausser les taux de redevances auprès des compagnies qui embouteillent l’eau potable.

LES FAITS

M. Cusson est loin du compte puisque le Québec reçoit environ 3 millions $ en redevances annuelles pour l’utilisation de son eau. 

Les neuf entreprises auxquelles il a fait allusion ne forment qu’une petite proportion de toutes celles qui utilisent l’eau comme composante de leurs produits, comme les brasseurs, les fabricants de boissons gazeuses ou les embouteilleurs d’eau.  

Le ministère de l’Environnement a confirmé à l’Heure juste que les redevances versées par ces entreprises s’élevaient à 945 962 $ en 2018.

Quant aux compagnies qui utilisent l’eau dans leurs processus de fabrication, comme les entreprises de pâtes et papiers ou les alumineries, elles ont versé au gouvernement 2 104 792 $ en 2018, ce qui totalise 3 050 754 $.

Le chiffre de la semaine : 39 %

C’est le pourcentage d’anciens combattants qui ont trouvé « difficile ou très difficile » de s’adapter à la vie civile après leur service militaire.

Il s’agit d’une hausse de 6 % par rapport à 2016, et cela représente plus du tiers des membres des Forces armées canadiennes interrogés par Statistique Canada et qui ont quitté l’armée depuis les 20 dernières années.

La majorité (57 %) des anciens combattants sondés ont indiqué qu’ils avaient travaillé dans les 12 derniers mois, 21 % d’entre eux ne cherchaient pas de boulot ou étaient retraités, 12 % étaient en congé d’invalidité ou en incapacité, et 4 % étudiaient ou suivaient une formation.


Vous avez une idée pour nos recherchistes ? Écrivez-leur à l’adresse suivante : heurejuste@quebecormedia.com