/news/green
Navigation

Crise du recyclage: le Groupe RSC se place sous la protection des tribunaux

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe RSC, une propriété du Groupe TIRU qui exploite quatre centres de tri menacés de fermeture au Québec, s'est placé lundi sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers et les compagnies. 

Grâce à cette protection juridique, le groupe pourra poursuivre ses activités dans les quatre centres de tri qu'il exploite à Montréal, Saguenay et Châteauguay. «L’objectif du Groupe RSC est de poursuivre ses activités le temps nécessaire aux pouvoirs publics d’effectuer une transition sans interruption de service des centres de tri», a précisé l'entreprise par communiqué. 

Le gouvernement avait déjà annoncé, la semaine dernière, être à la recherche de repreneurs pour s'occuper de la gestion des centres de tri. Québec avait mentionné s'être entendu avec l'entreprise pour qu'elle poursuive ses activités pendant cette période de transition. 

Les modalités de cette entente annoncée par le ministre de l'Environnement, Benoit Charrette, n'avaient pas été précisées. 

Le Groupe RSC attribue ses déboires financiers à la fermeture progressive des marchés internationaux du recyclage, après que divers pays, comme la Chine et l'Inde, eurent resserré leurs règles d'importation de papier recyclé. 

«Le retournement brutal du marché mondial du papier recyclé a constitué un coût considérable et l’entreprise a subi d’importantes pertes financières au cours des dernières années», a fait valoir le groupe lundi. 

À Montréal, la mairesse, Valérie Plante, avait laissé entendre à la fin janvier que «plusieurs» joueurs étaient prêts à prendre la relève du groupe TIRU. La Ville est déjà propriétaire de l'ensemble des installations du centre de tri de Lachine et de la bâtisse du centre de tri de Saint-Michel. 

La Ville avait dû investir 29 M$ en 2018 pour soutenir le Groupe RSC, alors en difficulté financière après le resserrement du marché chinois pour l'importation de papier mixte. 

Le centre de Châteauguay, pour sa part, appartient entièrement au groupe TIRU. Ce complexe est considéré comme l'un des moins technologiques de la province, avait dévoilé notre Bureau d'enquête, l'automne dernier, après qu'un journaliste eut passé quelques jours à travailler au sein de cette installation. 

Les quatre centres de tri dans la tourmente reçoivent des matières issues de la collecte sélective provenant de 26 municipalités. 

Le Centre de tri de Recyclage de papiers MD de Longueuil, qui était aussi exploité par le Groupe TIRU, a déjà fermé ses portes l'automne dernier. Les matières collectées sur ce territoire avaient alors été réacheminées ailleurs, notamment vers les centres de tri de Montréal et Châteauguay. 

Le groupe TIRU est une filiale de Dalkia Wastenergy, elle-même une filiale du Groupe Électricité de France (EDF).