/world/pacificasia
Navigation

Nouveau coronavirus : la Croix-Rouge met en garde contre les masques de qualité inférieure

Nouveau coronavirus : la Croix-Rouge met en garde contre les masques de qualité inférieure
AFP

Coup d'oeil sur cet article

GENÈVE | La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a souligné lundi la nécessité que tous les masques utilisés dans les hôpitaux chinois pour lutter contre le nouveau coronavirus soient de haute qualité.

Interrogé par l’AFP à Genève (Suisse), le nouveau secrétaire général de la FICR, le Népalais Jagan Chapagain, a averti que le don de matériel de qualité inférieure « est plus problématique qu’utile », car ces masques de mauvaise qualité donnent un « faux sentiment de protection » aux gens et, en outre, encombrent les entrepôts.

• À lire aussi: Nouveau coronavirus: de possibles traitements à l’étude

• À lire aussi: Avec 361 morts, le coronavirus a déjà tué plus que le SRAS en Chine

Dans le contexte de la paralysie de la Chine par la peur du virus, qui a contaminé plus de 17 000 personnes, Pékin a reconnu lundi avoir un besoin urgent de masques, de combinaisons et des lunettes de protection pour faire face à l’épidémie, qui a fait 361 morts dans le pays depuis son apparition fin décembre à Wuhan.

« Avoir un masque de haute qualité pour les soignants, c’est extrêmement important. Et je pense qu’il y a beaucoup de masques envoyés en Chine (...) qui ne répondent pas à ce type de normes », a expliqué Jagan Chapagain.

La diplomatie chinoise a indiqué lundi que plusieurs pays, dont la France, le Royaume-Uni, le Japon et la Corée du Sud, avaient déjà envoyé des fournitures médicales.

La Chine s’efforce d’en importer d’Europe, du Japon et des États-Unis, selon le ministère de l’Industrie.

Jagan Chapagain a relativisé les critiques selon lesquelles la Croix-Rouge de Wuhan avait freiné l’arrivée de dons de masques dans des hôpitaux.

« La Croix-Rouge de Wuhan n’a pas eu à réagir récemment à ce type de situation, donc d’une certaine manière, elle a dû augmenter ses capacités massivement en peu de temps, donc avoir quelques défaillances n’est pas totalement anormal », a-t-il fait valoir.

Mais il a soutenu la décision « délibérée » de la Croix-Rouge locale de retirer certains masques de mauvaise qualité.

« C’est très important que nous fournissions la haute qualité prescrite par les autorités sanitaires », les masques N95, a-t-il insisté.

Le patron de la FICR a également déploré la désinformation autour du virus, qui provoque une « panique inutile ».

« Les organisations qui travaillent actuellement pour répondre aux besoins doivent détourner une partie de leurs ressources pour essayer de répondre à la désinformation », a-t-il dit.

Coronavirus : Le G7 veut se coordonner « autant que possible »

PARIS | Les ministres de la Santé des pays du G7 ont convenu lundi de se coordonner « autant que possible dans les conseils de voyage et les mesures de prévention » face au nouveau coronavirus apparu en Chine, a indiqué le ministère allemand de la Santé.

Cet effort de coordination doit également s’appliquer « dans la recherche sur ce nouveau virus et dans la coopération entre l’OMS (l’Organisation mondiale de la Santé, NDLR), l’UE et la Chine », a ajouté le ministère dans un communiqué à l’issue d’une conférence téléphonique des ministres du G7.

Le ministre allemand Jens Spahn doit également se rendre mardi matin à Londres pour s’entretenir avec son homologue britannique, Matt Hancock, avant un déplacement en milieu de journée à Paris pour une rencontre avec la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn.

« Mon objectif, c’est que nous réagissions de manière décidée, mais aussi appropriée », a souligné le ministre, cité dans le communiqué.

« Car un virus ne connaît ni frontières ni nationalités », a-t-il rappelé, jugeant « utile et important un échange direct » entre les ministres de la Santé du G7.

L’annonce dimanche du premier décès hors de Chine d’une personne atteinte du nouveau coronavirus, survenu aux Philippines, a relancé les inquiétudes sur sa propagation.

Ce coronavirus, transmissible d’humain à humain, a contaminé plus de 17 200 personnes en Chine, y faisant plus de 360 morts, et s’est propagé dans une vingtaine d’autres pays.

Le G7 réunit l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni.