/opinion/columnists
Navigation

À propos du dogme universitaire

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, de jeunes étudiants universitaires et collégiaux signaient dans les pages du Devoir un manifeste pour dénoncer l’empire du politiquement correct dans l’université québécoise. Ils disaient s’en prendre au « dogme universitaire ».

Ils ont provoqué une réaction virulente. Les textes contre eux s’accumulent. Il s’agit non seulement de les contredire mais de les discréditer et de les humilier. On les traite de réactionnaires, d’incultes, de béotiens. Le pouvoir a tendance à vouloir mater ceux qui osent le critiquer.

Pluralisme

Quoi ? Ils osent douter de l’idéologie officielle qu’on leur enseigne dans les départements de sciences sociales ? Ils n’acceptent pas comme allant de soi que l’homme et la femme n’existent pas, que les nations sont des constructions artificielles qu’il faut démonter au nom de l’antiracisme et que le multiculturalisme est l’horizon indépassable de notre temps ? Ils ne veulent pas contribuer à la lapidation symbolique du grand méchant homme blanc ? Ils osent dire que le pluralisme intellectuel est de moins en moins respecté à l’université et qu’on cherche à faire passer pour de la science des lubies idéologiques ? Comment osent-ils, les gredins ?

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

La comparaison s’impose : tout comme, hier, il était scandaleux de critiquer le clergé, il est scandaleux aujourd’hui de critiquer la caste académique qui se croit globalement animée par la révélation progressiste. Nous sommes passés d’un cléricalisme à un autre.

Un jeune universitaire qui espère faire carrière dans l’institution sait très bien quelles idées taire et refouler. Il devra adhérer aux théories à la mode et se montrer virulent envers ceux qui ne le font pas.

Courage

Évidemment, il y a des exceptions, et elles sont admirables. Mais globalement, le milieu universitaire est irrespirable. On conviendra que la chose ne date pas d’hier et qu’elle n’est pas exclusive au Québec.

Ces jeunes dissidents sont admirables. Ils ne plaident pas seulement pour la liberté d’expression. Ils l’incarnent.