/sports/baseball
Navigation

Jacques Doucet au Temple de la renommée du baseball canadien

Expos
JMTL

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - S’il avait dû choisir une casquette pour son entrée au Temple de la renommée du baseball canadien, Jacques Doucet aurait sans doute coupé court aux débats en optant pour le logo des Expos. Celui qui a été la voix du club montréalais pendant 33 ans s’est dit honoré de sa sélection annoncée, mardi matin, par le musée situé à St. Mary’s, en Ontario.

«Dans mon bureau, à la maison, j’ai déjà plusieurs casquettes au-dessus de ma bibliothèque, dont quatre différentes des Expos, raconte M. Doucet, riant de bon cœur en confirmant que le choix du couvre-chef aurait été facile. J’ai aussi la casquette du Temple de la renommée du baseball québécois et je pourrai maintenant ajouter celle du Temple de la renommée du baseball canadien.»

Ce plus récent honneur qu’on vient de lui attribuer, l’homme de 79 ans le place au sommet de ses réalisations. Il n’y a que la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale, reçue en 2011, qui vient jouer du coude.

M. Doucet a lui-même appris l’heureuse nouvelle il y a une dizaine de jours. Depuis, il se mordait les lèvres pour ne pas en parler aux gens autour de lui. Il n’y a que sa famille immédiate qui était au courant.

En bonne compagnie

En même temps que Justin Morneau, John Olerud et Duane Ward, M. Doucet sera officiellement intronisé à St. Mary’s le 20 juin prochain.

«Ça me fait plaisir de me retrouver là à titre de Canadien français sans même être un joueur de baseball», note le célèbre descripteur, qui est toujours à l’emploi à la chaîne TVA Sports.

S’il rejoint quelques Québécois au Temple de la renommée du baseball canadien, dont Claude Raymond, Ron Piché, Charles Bronfman et Richard Bélec, M. Doucet y retrouve aussi plusieurs anciens membres des Expos, notamment Felipe Alou, Gary Carter, Andre Dawson, Tim Raines et Steve Rogers.

«Je suis tellement fier d’être à leurs côtés, confie-t-il. Il y a de ces gens que j’ai côtoyés pendant tellement d’années et certains d’entre eux avec qui j’ai tissé des liens.»

Merci aux partisans!

Remerciant les gens avec qui il a travaillé au fil des ans, M. Doucet conserve également une pensée spéciale pour tous les partisans du Québec ayant toujours supporté sa candidature pour être élu au Temple de la renommée du baseball, à Cooperstown, aux États-Unis. Pour lui, cette intronisation au Panthéon canadien représente un beau cadeau à partager.

«Pendant des années, ces partisans ont voté avec tellement d’ardeur pour que j’obtienne le prix Ford C. Frick et que j’obtienne ma place à Cooperstown, a reconnu M. Doucet. Le Temple de la renommée du baseball canadien, c’est chez nous et je suis honoré d’y être admis. Si jamais je franchissais la frontière un jour, je pourrais alors vous dire ce que ça me fait. Mais honnêtement, je ne m’y attends pas.»

Déjà vainqueur en 2004 du prix Jack Graney, remis par le Temple de la renommée du baseball canadien à une personnalité médiatique, M. Doucet avoue qu’il ne s’attendait pas non plus à être intronisé à St. Mary’s. C’est l’ultime honneur à recevoir au Canada!

À propos des autres élus de la cuvée 2020, Justin Morneau est originaire de la Colombie-Britannique et a surtout porté les couleurs des Twins du Minnesota pendant sa carrière de 14 saisons dans le baseball majeur. John Olerud et Duane Ward ont pour leur part remporté la Série mondiale avec les Blue Jays de Toronto, autant en 1992 qu’en 1993.