/sports/fighting
Navigation

Kim Clavel n’en pouvait plus de vivre dans le secret

Kim Clavel n’en pouvait plus de vivre dans le secret
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Un peu plus de 24h après avoir annoncé son entente de promotion avec le Groupe Yvon Michel (GYM), Kim Clavel semblait être sur un nuage.

«Je me sens légère et heureuse», a exprimé la boxeuse de 29 ans, mardi, au Centre Claude-Robillard.

En plus d’être comblée par cette nouvelle association, Clavel est particulièrement soulagée de ne plus avoir à cacher la présence de Stéphan Larouche et de son équipe dans son entourage. C’est ce qu’elle a dû faire pendant un an et demi, en raison de la chicane entre l’entraîneur de renom et Eye of the Tiger Management (EOTTM), avec qui elle était sous contrat.

«J’étais constamment dans l’inconfort et ce n’est vraiment pas la personne que je suis, a expliqué la championne des mi-mouches de la NABF. Je suis spontané. J’aime parler et partager mes entraînements avec mes partisans. Je ne pouvais pas remercier les gens qui étaient là pour moi, parce que ça allait faire des frictions. C’était vraiment désagréable.»

«Une carrière de boxeuse, je vais en avoir juste une. Je veux la vivre à 100% et être libre.»

«Extrêmement lourd»

De son côté, l’entraîneuse Danielle Bouchard a indiqué que c’est majoritairement en raison de l’inconfort créé par le rififi entre EOTTM et l’équipe de Larouche que sa pugiliste a décidé de se choisir un nouveau promoteur.

«C’est la raison principale, a révélé l’ancienne boxeuse professionnelle. Avec tout le respect que je leur dois et avec les deux belles années que nous avons passées, je n’ai rien à redire. Par contre, je sais que Kim a vécu de grandes épreuves. Elle était inconfortable avec le fait de ne pas avoir ses gens de confiance autour d’elle. C’était devenu extrêmement lourd pour elle.»

«C’était un stress inutile, a soulevé Larouche. C’est des choses qui n’existent pas dans le monde de la boxe. Nous étions en camp d’entraînement et elle ne devait pas montrer qu’elle était avec moi. C’est des problèmes dont nous n’avions pas besoin.»

Le rôle de celui qui partage sa vie personnelle avec Bouchard ne changera d’ailleurs pas auprès de Clavel, lui qui a toujours été un conseiller pour elle et sa conjointe.

La présence, dorénavant officielle, de Larouche et de son équipe permet tout de même à l’entraîneuse d’avoir l’esprit tranquille.

«Mon devoir est de toujours amener Kim au meilleur d’elle-même et avec les meilleures personnes autour d’elle. Si moi je ne suis pas là pour une raison X ou Y, j’ai mes gens de confiance qui vont y être. Je ne peux pas avoir de meilleures personnes que ça pour Kim», a dit Bouchard.

C’est soulagés d’être finalement transparents que Clavel et son équipe tenteront maintenant de gravir les échelons et de mettre éventuellement la main sur une ceinture de championne du monde.

Groupe Yvon Michel : le choix logique

En plus de lui permettre de ne plus vivre dans le secret, Kim Clavel a l’impression que son association avec le Groupe Yvon Michel (GYM) allait de soi, et ce, en raison de ce qu’il a réussi à construire avec Marie-Ève Dicaire.

«De voir qu’il a amené une autre fille au sommet, ça me prouve qu’il sait ce qu’il fait et qu’il a un réel intérêt pour la boxe féminine, a raconté la native de Joliette. C’est le fun de travailler avec quelqu’un qui investit dans le volet féminin de la boxe. Ça prend quelqu’un comme ça pour nous donner encore plus d’essor.»

«Yvon m’a proposé une structure faite uniquement pour moi. J’ai l’impression d’être une priorité et c’est vraiment plaisant», a-t-elle ajouté.

La boxe féminine reste cependant bien moins populaire que son penchant masculin, mais Clavel croit qu’elle se trouve dans une situation gagnante pour changer la donne.

«Il y a du travail à faire et je le vois comme une mission. Nous sommes trois filles chez GYM, Marie-Pierre Houle, Marie-Ève Dicaire et Kim Clavel. Ils [chez GYM] disent que nous allons être le trio de l’année. Nous allons amener la boxe féminine à un autre niveau.»

Sur le même sujet