/sports/soccer/impact
Navigation

Clément Bayiha: un beau projet

Clément Bayiha: un beau projet
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

CLEARWATER, Floride | Clément Bayiha commence à apprendre les ficelles comme arrière droit et il aura besoin de temps pour s’adapter à une position qu’il ne connaissait pas il y a moins d’un mois.

Le jeune produit de l’Académie de l’Impact s’est fait battre à un contre un à quelques reprises et a eu du mal à s’imposer physiquement, surtout pendant le premier quart d’heure de la rencontre. 

« C’était un peu compliqué en raison de mon placement. Le coach voulait que je sois très bas pour avoir du temps pour jouer vers l’avant, il fallait que je m’ajuste », a-t-il reconnu.

Il faudra se montrer patient et ça pourrait être payant à moyen terme, surtout qu’il n’a que 20 ans et qu’il possède de beaux atouts pour évoluer comme latéral droit.

Il a toutefois su mettre en valeur ses belles aptitudes offensives et sa rapidité en y allant de quelques relances de fort belle qualité.

Bayiha n’a pas hésité à quitter son poste pour se porter en attaque et créer des ouvertures pour ses coéquipiers. Il a d’ailleurs préparé une belle pièce de jeu qui s’est terminée par une solide frappe de Bojan qui a été freiné par le gardien adverse. 

Offensive

Thierry Henry ne s’est pas épanché sur ce que Bayiha doit améliorer. Il a en revanche souligné les qualités offensives du jeune.

« Il a une grande capacité quand il sort avec le ballon. On sait exactement ce qu’il peut nous apporter sur le plan offensif et il a plusieurs choses à peaufiner sur le plan défensif. »

L’entraîneur espère aussi que son poulain saura mener ses actions à terme.

« Souvent, Clément commence bien les actions, mais il les finit mal. Il doit apprendre à bien les finir, mais ça va venir. »

Plus d’espace

On l’a dit, Bayiha est un ailier de formation, mais cette position le prive un peu de sa vitesse, ce que vient corriger un placement plus bas sur le terrain comme latéral droit.

« Vu que je peux avoir le ballon très bas, je peux vraiment utiliser ma vitesse, ça me donne beaucoup d’espace d’être latéral », a expliqué le jeune homme.

Il doit aussi penser différemment puisqu’il est désormais le dernier rempart défensif.

« Je dois être plus proche de l’ailier. J’ai tendance à miser sur ma vitesse, mais il y a des joueurs très rapides et je dois améliorer le jeu à un contre un.

« Quand on est ailier, même si tu te fais passer, tu sais qu’il y a un défenseur derrière pour t’aider alors que comme latéral, tu es la dernière ligne. »