/world/usa
Navigation

Le Pentagone a testé avec succès un missile intercontinental

US-WEAPONRY-NUCLEAR-MILITARY
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Washington | Les États-Unis ont annoncé mercredi avoir testé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) Minuteman III équipé d’un nouveau dispositif, destiné à moderniser ces missiles sol-air vieillissants.  

Le missile a été lancé à 00H33 heures locales depuis la base aérienne de Vandenberg, en Californie, et a parcouru quelque 6760 km au-dessus du Pacifique avant de s’abîmer en mer près de l’atoll de Kwajalein, dans les îles Marshall, a annoncé l’armée de l’air dans un communiqué.   

Ce test était un test de développement et non un essai de routine comme celui qui a été mené le 2 octobre, a précisé l’US Air Force.   

Le missile, qui n’était pas armé, était équipé d’un nouveau type de «véhicule de rentrée», l’ogive qui contient chaque tête nucléaire d’un ICBM.   

«Au lieu de sélectionner au hasard un ICBM déployé dans un silo pour vérifier la fiabilité de la flotte tout entière, un test de développement utilise un missile de rechange stocké pour valider la navigabilité de nouveaux éléments ou de pièces de remplacement dans un environnement quasi opérationnel », explique l’armée américaine.   

«Le Minuteman III vieillit et les programmes de modernisation comme celui-ci sont essentiels pour s’assurer que notre pays dispose d’une dissuasion nucléaire fiable», a noté le colonel Omar Colbert, chef des essais, cité dans le communiqué.   

Le Minuteman III est le seul missile sol-air de l’arsenal nucléaire des États-Unis depuis 2005. Il est installé dans des silos de lancement répartis sur trois bases militaires américaines, dans le Wyoming, le Dakota du Nord et au Montana.   

Les missiles Trident, lancés depuis la mer, sont déployés à bord des sous-marins américains et les bombes nucléaires transportées par les bombardiers stratégiques.   

L’armée de l’Air a précisé que cet essai était prévu depuis des mois et ne représentait « pas une réponse ou une réaction aux évènements dans le monde ou aux tensions dans la région », mais il intervient au lendemain de l’annonce par Washington du premier déploiement à bord d’un sous-marin d’une arme nucléaire de faible puissance.