/finance/business
Navigation

Possible vente de Bombardier Aviation: des employés inquiets, selon un responsable syndical

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La possibilité que la division d’avions d’affaires de Bombardier soit vendue inquiète les travailleurs, a fait savoir mercredi Yvon Paiement, président du syndicat des machinistes de Bombardier à Mirabel.  

• À lire aussi: Fitzgibbon promet de rendre des comptes aux Québécois  

«Le climat depuis plusieurs semaines est extrêmement difficile. Les travailleurs et les travailleuses sont inquiets de l’avenir de Bombardier», a fait savoir en entrevue à TVA Nouvelles, Yvon Paiement, président de la Section locale 712 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA).   

Ce dernier a souligné qu’il ne passe pas une journée «sans qu’il y ait plusieurs rumeurs. C’est évident que les gens ont besoin d’être réconfortés un peu et avoir une bonne nouvelle éventuellement».   

Le «Wall Street Journal» a rapporté mardi que depuis plusieurs semaines, le conglomérat américain Textron, déjà propriétaire des hélicoptères Bell, des avions légers Cessna et des motoneiges Arctic Cat, discute avec Bombardier de l’acquisition de sa division d’avions d’affaires.   

La transaction permettrait à Bombardier d’alléger considérablement sa lourde dette de 12,4 milliards $.   

«Si ce sont des Américains qui mettent la main sur Bombardier, est-ce que c’est inquiétant ? Je pense que le gouvernement, un gouvernement Legault en particulier qui parle d’un fleuron, s’en mêlerait pour être sûr que les emplois restent chez nous au Québec», a-t-il expliqué.   

Yvon Paiement est d’avis qu’il faut absolument un investissement du gouvernement pour s’assurer que les 10 000 emplois en jeu puissent rester ici au Québec.   

«Nous fabriquons un des plus beaux produits au monde, des avions. C’est un privilège qu’on a de fabriquer ces avions. Je pense que le Québec doit s’investir pour s’assurer que les emplois restent chez nous au Québec», a-t-il ajouté.   

Rappelons que la division d’avions d’affaires du Bombardier emploie environ 10 000 personnes dans trois usines de l’île de Montréal. Elle a également des installations à Toronto, au Kansas et au Texas.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.