/sports/football
Navigation

Des joueurs des Alouettes déçus pour les cheerleaders

Étienne Moisan et Jean-Gabriel Poulin, des Alouettes, étaient de passage à Chicoutimi.
Photo courtoisie Étienne Moisan et Jean-Gabriel Poulin, des Alouettes, étaient de passage à Chicoutimi.

Coup d'oeil sur cet article

De passage à Chicoutimi dans le cadre de la tournée Ultimate football des Alouettes, Étienne Moisan et Jean-Gabriel Poulin ont commenté l’annonce du non-retour de l’équipe de cheerleaders des Alouettes pour la saison 2020, avouant être quelque peu déçus. 

• À lire aussi: Alouettes: adieu aux meneuses de claque 

• À lire aussi: C'est la fin pour les cheerleaders des Alouettes 

Bien que les deux joueurs comprennent les raisons financières de cette décision, Jean-Gabriel Poulin est tout de même déçu pour celles qui devaient participer aux auditions dans les prochaines semaines. 

«Je trouve ça vraiment plate pour elles. Ultimement, ce sont des athlètes et des gens qui pratiquent fort pour pratiquer leur sport. Là, on leur enlève une plateforme, mais dans le contexte d’une entreprise, ce sont des décisions qui peuvent être prises», a déclaré Poulin, ajoutant qu’il ne connaissait pas les motivations de cette décision. 

Pour sa part, Étienne Moisan estime que cette décision pourrait être une perte pour certains partisans. 

«Première des choses, ce n’est pas ma décision, mais je suppose que c’est une bonne décision financière. Peut-être que ça sera étrange au début de la saison, mais dans la NFL, plein d’équipes n’en ont pas! Ça ne changera pas grand-chose à mon jeu, mais c’est sûr que c’est dommage si les partisans aimaient ça.» 

Preuve à l’appui, six équipes de la ligue nationale de football n’avaient pas de cheerleaders lors de la saison 2019, dont les Giants de New York et les Browns de Cleveland qui n’en ont jamais eu. 

Une tournée pour sensibiliser 

En plus des deux joueurs des «Als», le superviseur du football amateur chez les Alouettes, Olivier Turcotte était présent afin d’organiser les activités. Avec la tournée Ultimate football organisée par l’équipe montréalaise, Turcotte espère, entres autres, s’attaquer à la peur des commotions cérébrales. 

«Le but de notre tournée est simplement d’initier les jeunes au football. Dans les dernières années, avec toutes les histoires de commotions cérébrales, beaucoup de personnes ont commencé à craindre le sport. On veut éloigner la crainte dans l’esprit des gens au profit du plaisir qu’un jeune peut avoir en pratiquant ce sport. [...]Il y a eu un énorme boom médiatique autour des commotions et on veut calmer la tempête». 

Selon ce que le Journal rapportait dans son édition du 2 février dernier, le football a perdu plus de 5000 athlètes depuis 2012 aux niveaux scolaire et civil. Avec cette tournée, les membres des Alouettes veulent mettre fin au tabou relié à la pratique de ce sport. 

«Le football a beaucoup changé. Nous ne sommes plus dans les années 70 où on enseignait à frapper avec notre tête! Inspirées du Rugby, nos techniques sont bien meilleures maintenant», a affirmé Moisan, alors qu’une cinquantaine de jeunes s’amusaient derrière lui. 

Cette année, les Alouettes ont visité les élèves de 5e et 6e année de 80 écoles primaires un peu partout au Québec. La tournée se continuera jusqu’en avril et sera du côté d’Alma ce matin. Le gestionnaire aux communications Francis Dupons a affirmé qu’il y ait de «fortes chances» que cette tournée se poursuivra l’an prochain pour une quatrième édition.